24 mars 2018

Defil26, dix-septième et dix-huitième quinzaines

D'autres nappes à la cardeuses sur une base Ouessant noir. Petit essai en fin, retors chaînette, pour voir : 61,10 m pour 47 g.

SPA52678   SPA52681

 Et avec les mêmes nappes, retors au fil à coudre : 88 m pour 62 g.

SPA52682

Un nouveau retors de Landes et de blanc au hénné : 170 m pour 102 g et une bobine de blanc en cours sur mon nouveau jouet.

SPA52692   SPA52693

Y a des quinzaines plus productives que d'autres...

Posté par eibhlin à 10:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mars 2018

Well, well, well: this hitchhiker may become a roadbug

La seule différence entre les deux rouets (du même fabricant), c'est la poignée. Sur le hitchhiker, y a ce machin en forme de poing avec le pouce qui pointe, d'où son nom (hitchhiker = auto stoppeur).  Sur le roadbug, la poignée disparaiît, mais comme la roue présente un joli trou sur les deux modèles, qui s'aligne avec le trou du montant fixe, fait exprès pour qu'on y mette la main pour transporter la chose, la poignée en plus du hitchhiker me semble quelque peu superfétatoire (joli mot que j'ai souvent du mal à caser dans ma prose). Poignée en plus, ou pas, c'est une question de goût, certainement, mais ce rouet, qui est désormais à moi, est appelé à se promener et quelques grammes de moins ne me déplairaient pas.

tmt__91_

Comme de toute manière, j'ai l'intention de démonter le tout pour vernir le bois, ladite poignée superfétatoire s'en va sans doute être supprimée. Dave, le gentil "manufacturier de rouet" qui fabrique les engins a été fort sympathique et m'a même montré comment faire pour que la transformation soit sans dommage : il faut couper comme sur sa photo, puis poncer.  En théorie c'est tout à fait à ma portée...

Enfin, avant de transformer, je teste... Mes premiers essais de filage sont plutôt concluants, la bête est assez facile à mener, même avec du brut, plus ou moins bien écharpillé. Je viens de finir une bobine de tout seul, mais filée comme je fais mes retors. Mon sens de la géométrie fait que j'oublie régulièrement à quoi correspondent filage en S et en Z. Alors, forcément, avec la roue placée autrement, je risque encore plus d'y rien comprendre.

La bête est en tension écossaise (frein sur la bobine), avec trois tailles de poulies disponibles, j'imagine qu'il y a moyen de varier les épaisseurs de fils et les manières de filer. Je n'ai pas encore tout testé (mais si ça trouve, je ne testerais pas autre chose que la plus grosse poulie, parce qu'avec mon autre rouet (qui me plaît toujours autant), je ne varie que les réglages du frein. Les bielles (les tiges qui rattachent les pédales à l'axe de la roue) sont plus courtes que sur un rouet classique, donc ça demande un peu plus de force au pédalage, qui du coup est moins fluide. Mais ça reste tout à fait jouable, la différence n'est pas aussi importante que je craignais.
Par contre, pour faire du gros fantaisie, ce n'est pas l'outil qu'il faut, le diamètre de l'orifice mesure un peu moins d'1 cm. Ca ne me dérange pas du tout, le fil fantaisie (en tout cas en gros), ça n'est pas mon truc.

Ce rouet a un côté artisanal (limite bricolo du dimanche), mais vraiment très ingénieux, que j'aime vraiment beaucoup. Le démontage de la pédale de gauche pour le transport est hyper facile. Le vissage de l'épinglier se fait en douceur et ne se défait pas pendant qu'on pédale. Le "manufacturier de rouet" a certainement bien entendu les besoins de sa moitié de fileuse avant de se lancer dans une production dépassant le cadre familial. La base est stable, ça ne valdingue pas dans tous les sens, malgré la puissance de mon pédalage (bourrin je suis, bourrin je reste).

Y a des vis, y a des écrous, des rondelles pour amortir, à vue de nez que des choses qu'on trouve en standard assez facilement par ici. Mais si un jour j'ai besoin de changer un morceau, je risque d''être un peu mal. La conception états-unienne fait que les filetages des vis et écroux ne sont pas à pas métriques. Et il y a quand même une pièce usinée (et forcément, comme elle s'adapte au reste, elle non plus n'est pas à pas métrique), ce qui fait que si les filets doivent fatiguer un peu trop à l'usage, il faudra que je trouve un usineur local pour me refaire la petite pièce spécifique qui n'est pas en standard.

Enfin, jusqu'ici les pièces métalliques vont bien. Pour le moment, je ne trouve qu'un seul inconvénient à cette belle bête (parce que oui, il est vraiment mignon le petit rouet) : c'est le bruit. Pas le bruit du frottement de la poulie sur la roue (je savais que ce rouet n'était pas vraiment silencieux avant de l'acheter et ce bruit-là, je l'avais déjà entendu sur des vidéos), pas non plus le claquement éventuel des bobines quand elles présentent un peu de jeu (j'ai ça parfois aussi sur mon premier rouet - que j'aime toujours autant). Non, y a des bruits autres : claquements (légers certes, mais claquements quand même) au niveau de la pédale gauche, et un peu moins vers la pédale droite. Les charnières d'origine, celles qui fixent les pédales à la barre fixée sur le socle sont en plastique. Comme ce rouet a déjà servi, il montre des signes d'usure là où les charnières en plastoque plient. Ni une, ni deux, j'ai filé au bricolala le plus proche de chez moi pour acheter des charnières métalliiques, mais je n'ai pas trouvé de vis sans fraisure (c'est-à-dire avec une tête qui fait angle droit avec la tige de la vis). Ca bouge moins avec mes charnières métalliques, mais ça présente parfois un jeu latéral au pédalage, ce qui génère des petits couinements/grincements . C'est désagréable et ça donne de petits à-coups sous mes pieds, qui forcément doivent se répercuter sur mes genoux, puis sur mes hanches. Et, vu mon grand âge (et peut-être un héritage génétique peu favorable), toutes ces parties de mon corps sont fragiles, donc à ménager. Y a d'autres petits bruits aussi, dont je n'ai pas encore identifié l'origine. Quelques réglages restent à faire, mais je ne suis pas inquiète, je devrais réussir à réduire le volume sonore de la bête, tout en améliorant mon confort, avec le soutien indéfectible de l'individu qui partage mon temps libre. Honnêtement, si je ne vivais pas avec cette si jolie personne, j'aurais sans doute opté pour un rouet portable de compète, le genre qui te coûte un bras, mais qui tourne tout en douceur, quitte à attendre beaucoup plus longtemps avant de pouvoir me l'offrir.

En attendant, je l'aime déjà beaucoup ce petit rouet !

Posté par eibhlin à 19:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :