20 mai 2018

Defil26, dix-neuvième, vingtième, vingt-et-unième et vingt-deuxième quinzaines

Du blanc en deux brins, filé d'abord sur mon tout petit rouet en S (ça c'est la nouveauté) et retordu en Z sur le grand : 135 m pour 119 g,

Et le début d'un filage plaisir : je crois que c'est la plus belle toison brute que j'ai jamais eu entre les mains. La fibre est longue, douce et a décidé qu'elle serait filée toufin. On ne va pas contre les injonctions d'une si jolie fibre. Ca prendra du temps, mais tant pis.

SPA52699  SPA52700

En retors à deux brins, sur elle même, cette jolie fibre nous donne 217 m pour 97 g. Le retors (en S) a mal pris, peut-être parce que le fil est un peu gras, ou alors parce que je l'ai fait sur mon machin jumbo (que je trouve souvent moins fiable que les bobines standards) alors je l'ai repassé dans le même sens pour obtenir un fil qui me semble joliment équilibré. Y a plus qu'à laver le gras.

SPA52706

Petite bobine d'un nouveau tout-seul du même gris et petite bobine Ouessant noir, pour un retors chaînette (parce qu'il y a longtemps que je n'ai pas fait).

SPA52718   SPA52717

Le Ouessant nous donne 51,7 m pour 54 g. Le gris attend toujours sa deuxième bobine. Et la dernière quinzaine se finit par un petit navajo de blanc : 51,3 m pour 57 g (celui-ci aussi, intégralement fait sur mon roadbug-joujou).

SPA52719   SPA52727

Posté par eibhlin à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 mai 2018

Ousqu'on parle de moi

Superbe journée à Dinéault ce dimanche passé. Ambiance tranquille pour les visiteurs, mais dense pour moi. Je découvre qu'avant même la journée, on causait de moi (mouarf, je peux désormais jouer les stars) dans le ouesse-france. Et après coup, je me retrouve avec une très jolie toison d'avranchine (noire) qui devra attendre un peu que je trouve le temps de mettre les mains dedans, mais aussi le souvenir de bien jolies rencontres. Des fileuses croisées sur des forums puis, entre autres, une très belle personne qu'un accident a privé de la puissance de cordes vocales fonctionnant comme les nôtres (mais elle reviendra cette voix, c'était clair à la lecture de ses yeux), qui file au fuseau, qui joue les bénévoles et espère que bientôt ses jambes lui permettront de pédaler sur un rouet comme je fais (ça aussi, ça reviendra, avec d'autant plus de bonheur que ça a d'abord été perdu). Une autre fileuse que je suis contente d'avoir pu rencontrer en vrai (et que je reverrai sûrement bientôt). Et puis le plaisir de revoir des gens qu'on a juste croisés physiquement une première fois et déjà appréciés, avec qui on prend le temps de causer un tout petit peu (mais pas assez), pour se rendre compte qu'on avait raison d'avoir envie de les revoir. Deux ou trois personnes que je fais pédaler sur mon Roadbug-joujou. Quelques mots échangés avec ceux qui passent, qui découvrent que oui, c'est tout simple de faire du fil avec de la toison (dès que les mains et les pieds ont compris ce qu'il faut faire pour que ça marche... c'est pas toujours gagné du premier coup). De la musique, du bon cidre (bio), des crêpes, les tondeurs et attrapeurs qui s'activent pendant tout ce temps-là, dans le hangar.

Et encore, une Parisienne égarée, qui est venue faire un tour par ici et qu'aurait bien envie de rester, mais qui se pose des questions, encore des questions, puis d'autres questions. Mais les questions, ça va un temps... Christine - ceci est un message personnel - si ton instinct te dit qu'il faut que tu vives ici, arrête la gamberge et viens ! Tu trouveras ta place chez nous, peut-être pas dans la semaine qui suivra ton installation, mais petit à petit, doucement, mais sûrement.

Et pour donner une petite idée de l'ambiance, l'autre feuille de chou locale, le Télégramme a fait (carrément) une courte vidéo (qu'on dirait faite par un amateur, mais on s'en fout, l'idée est là) avec les tondeurs, les moutons, le groupe Kilsell (venu de Saint-Pab') pour la musique, Christine (une autre) au filage (sur Matchless de compète) et des aperçus ça et là de têtes que certains reconnaîtront, les crêpières et les producteurs bio du coin :

Dinéault (29). La Fête de la tonte

C'est dit, si le berger veut bien que je revienne, j'y serai l'année prochaine encore pour d'autres de ces petits moments précieux.

Posté par eibhlin à 22:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

04 mai 2018

Dans à peine une semaine (c'est presque demain), Dinéault

31577834_1945827198821631_5686885146305757184_n

Viendez les gens ! Ca promet d'être plutôt sympa.
Moi j'y serai, prête à vous montrer comment faire tourner un fuseau, pédaler sur un rouet (mettez vos plus belles chaussettes, sur mes rouets, c'est sans chaussure qu'on file) et à vous expliquer comment qu'on fait pour faire du fil tout joli, avec lequel on peut faire des choses portées à même la peau, à partir d'une toison brute, tout juste tombée de la bête. Vous pourrez même mettre les doigts dedans. Et pour le reste, vous serez servi, y aura à manger, à boire, à danser (si vous voulez) et des odeurs à renifler. D'autres vous feront voir des choses que vous n'imaginiez même pas possible : ah bon, on peut faire tout ça, juste avec du poil de bête ? Oui !
C'est en somme la journée qui vous fera retrouver le goût de laisser revivre vos 5 sens  (pour le 6e, on y travaille, mais si vous le laissez parler naturellement, c'est sans doute celui qui vous dira qu'il faut que vous y veniez).

Posté par eibhlin à 22:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,