5 juillet

Avant le départ officiel, tour de chauffe à Dinéault avec d'autres fileuses. On en retiendra que le foin (même sans le fumer) fait de l'effet à certaines, que certains fuseaux tombent, repartent, puis retombent, avant de repartir encore, que la prochaine fois qu'on s'on retrouve, il faudra qu'on chante, que la pince à linge est résolument un outil magique, qu'une bobineuse peut parfois être une vilaine petite machine, que la fumée des merguez, ça ne sent vraiment pas bon. Mais qu'on excuserait presque cette fumée en goûtant un vrai kouign amann deus Douarnenez (ma doué, qu'il était juste plijus comme il faut, merci Michel !) avec ur banne chistr tout aussi bon (merci Claire !).

SPA52755
Rien ne vaut ces échanges et ces parties de rire où un fil tout seul (que celle qui l'avait fait trouvait un peu moche) est devenu non pas un, mais plusieurs retors : le bête à deux brins, l'andin et le navajo. Le tout facilement (ou presque) et sans pince à linge.

7 juillet

Démarrage en douceur...
D'abord, quelques tours de spindolyn pour un petit peu d'Ouessant noir issu du stock.
Puis début de lavage du petit bout de toison d'Ouessant blanc gouesnousien. Bon... un dégraissage aux cristaux de soude, suivi de trois rinçages ne suffisent pas. Retrempe avec du liquide vaisselle. J'avais oublié qu'un lavage classique consomme plein de flotte. Mais mon bidon d'eau de pluie est presque vide. J'ai de quoi rincer une ou deux fois encore, mais ça va attendre demain. La fermentation c'est quand même beaucoup moins de boulot.

SPA52771   SPA52770

Puis préparation d'un mélange avec un orange fluo venu de chez Lulublu et les résultats plus ou moins réussi de teintures maison (rumex, curcuma, henné). Ca sera filé au rouet, je ne sais pas encore comment. C'est la fibre qui me dira.

SPA52772

8 au 11 juillet

La bobine est enfin remplie. J'arrête, parce qu'une des couleurs a été bien mangée par ce filage, il n'en reste plus.
Et je retors tout ça en navajo : 99,9 m pour 74 g. J'étais franchement dubitative en le filant, me disant que le résultat serait moche. Mon impression était fausse, mais on verra bien s'il me plaît autant après le bain.

SPA52773   SPA52774

La petite toison d'Ouessant blanc a fini de sécher et ça me permet de constater que finalement, les pellicules, on les trouve sur du blanc aussi. Et puisqu'en contrôlant le Ouessant, je récupère mon Avranchine (sèche et débarrassée de son odeur de fermentation).

SPA52776   SPA52777

J'attaque directement une bobine d'Avranchine, sans aucune préparation, ni peignage, ni cardage, ni écharpillage, rien... Les débris végétaux tombent au filage, ça maaaaaarche. La fibre est mousseuse, crimpée par endroits, ça ressemble pas mal au zwartbles que j'ai déjà filé, mais en peu plus fin.

12 juillet

En fait, cette Avranchine ressemble tellement à du zwartbles, que je me demande s'il n'y a pas eu erreur sur l'étiquetage chez le berger. Pas grave, ça se file bien et j'aime bien. La deuxième bobine est en cours, pour un bête retors à deux brins. Et comme mon stock de toisons grossit (+ 5 Ouessant avant-hier, + 3 croisées zwartbles/Landes que j'irai chercher tout à l'heure) j'ai trié le poil de deux grosses blanches de Saint-Renan (il n'y a qu'une toison sur la photo). Faute d'assez d'eau de pluie en stock pour rincer les petites Ouessant noires du bidon, je laisse tremper encore. La pluie est annoncée pour samedi. Si ça se confirme, au moins une grosse blanche ira faire trempette dans la pestillence la semaine prochaine. Elles sont farcies de débris végétaux, mais douces et puis, c'est juste impossible de résister à ce crimp ?

SPA52778   SPA52779

13 juillet

J'en suis désormais sûre, cette Avranchine et bel et bien une zwartbles. En retors à deux brins (avec une fin en andin, histoire qu'il n'en reste plus sur la dernière bobine, ça nous donne 133 m pour 129 g. Au final, il reste pas mal de débris végétaux dans le fil, mais c'est pas grave, c'est du rustique après tout. Pour me changer un peu de tout ce brut, je m'en vais passer à du calmant pour princesse, toudou mâtiné de kibrille, venu de chez Marie (rue de la laine) : 12 rolags thérapeutiques, sombres mais lumineux.

SPA52782   SPA52783