30 juillet 2018

Tour de fleece 2018, bilan

SPA52840

Posté par eibhlin à 20:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


29 juillet 2018

Tour de fleece 2018

5 juillet

Avant le départ officiel, tour de chauffe à Dinéault avec d'autres fileuses. On en retiendra que le foin (même sans le fumer) fait de l'effet à certaines, que certains fuseaux tombent, repartent, puis retombent, avant de repartir encore, que la prochaine fois qu'on s'on retrouve, il faudra qu'on chante, que la pince à linge est résolument un outil magique, qu'une bobineuse peut parfois être une vilaine petite machine, que la fumée des merguez, ça ne sent vraiment pas bon. Mais qu'on excuserait presque cette fumée en goûtant un vrai kouign amann deus Douarnenez (ma doué, qu'il était juste plijus comme il faut, merci Michel !) avec ur banne chistr tout aussi bon (merci Claire !).

SPA52755
Rien ne vaut ces échanges et ces parties de rire où un fil tout seul (que celle qui l'avait fait trouvait un peu moche) est devenu non pas un, mais plusieurs retors : le bête à deux brins, l'andin et le navajo. Le tout facilement (ou presque) et sans pince à linge.

7 juillet

Démarrage en douceur...
D'abord, quelques tours de spindolyn pour un petit peu d'Ouessant noir issu du stock.
Puis début de lavage du petit bout de toison d'Ouessant blanc gouesnousien. Bon... un dégraissage aux cristaux de soude, suivi de trois rinçages ne suffisent pas. Retrempe avec du liquide vaisselle. J'avais oublié qu'un lavage classique consomme plein de flotte. Mais mon bidon d'eau de pluie est presque vide. J'ai de quoi rincer une ou deux fois encore, mais ça va attendre demain. La fermentation c'est quand même beaucoup moins de boulot.

SPA52771   SPA52770

Puis préparation d'un mélange avec un orange fluo venu de chez Lulublu et les résultats plus ou moins réussi de teintures maison (rumex, curcuma, henné). Ca sera filé au rouet, je ne sais pas encore comment. C'est la fibre qui me dira.

SPA52772

8 au 11 juillet

La bobine est enfin remplie. J'arrête, parce qu'une des couleurs a été bien mangée par ce filage, il n'en reste plus.
Et je retors tout ça en navajo : 99,9 m pour 74 g. J'étais franchement dubitative en le filant, me disant que le résultat serait moche. Mon impression était fausse, mais on verra bien s'il me plaît autant après le bain.

SPA52773   SPA52774

La petite toison d'Ouessant blanc a fini de sécher et ça me permet de constater que finalement, les pellicules, on les trouve sur du blanc aussi. Et en contrôlant le Ouessant, je récupère mon Avranchine (sèche et débarrassée de son odeur de fermentation).

SPA52776   SPA52777

J'attaque directement une bobine d'Avranchine, sans aucune préparation, ni peignage, ni cardage, ni écharpillage, rien... Les débris végétaux tombent au filage, ou restent dans le fil, ça maaaaaarche et ça donne un aspect sauvaaaage. La fibre est mousseuse, crimpée par endroits, ça ressemble pas mal au zwartbles que j'ai déjà filé, mais en peu plus fin.

12 juillet

En fait, cette Avranchine ressemble tellement à du zwartbles, que je me demande s'il n'y a pas eu erreur sur l'étiquetage chez le berger. Pas dramatique, ça se file bien et j'aime bien. La deuxième bobine est en cours, pour un bête retors à deux brins. Et comme mon stock de toisons grossit (+ 5 Ouessant avant-hier, + 3 croisées zwartbles/Landes que j'irai chercher tout à l'heure) j'ai trié le poil de deux grosses blanches de Saint-Renan (il n'y a qu'une toison sur la photo). Faute d'assez d'eau de pluie en stock pour rincer les petites Ouessant noires du bidon, je laisse tremper encore. La pluie est annoncée pour samedi. Si ça se confirme, au moins une grosse blanche ira faire trempette dans la pestillence la semaine prochaine. Elles sont farcies de débris végétaux, mais douces et puis, c'est juste impossible de résister à ce crimp.

SPA52778   SPA52779

13 juillet

J'en suis désormais sûre, cette Avranchine et bel et bien une zwartbles. En retors à deux brins (avec une fin en andin, histoire qu'il n'en reste plus sur la dernière bobine, ça nous donne 133 m pour 129 g. Au final, il reste pas mal de débris végétaux dans le fil, mais c'est pas grave, c'est du rustique après tout. Pour me changer un peu de tout ce brut, je m'en vais passer à du calmant pour princesse, toudou mâtiné de kibrille, venu de chez Marie (rue de la laine) : 12 rolags thérapeutiques, sombres mais lumineux.

SPA52782   SPA52783

14 au 16 juillet

Et les rolags deviennent un fil câblé, pour répondre au thème du mois de mars 2018 (proposé par cette même Marie Minuit). Donc d'abord, faire 4 bobines de tout seul, puis retordre les bobines dans l'autre sens, deux par deux. Pour suivre exactement les préconisations de Sarah Anderson, j'aurais dû filer mes tout seuls en Z. Je suis partie dans l'autre sens, parce que faire du tout seul en toufin en S, je sais faire. C'est beaucoup moins fluide dans l'autre sens.

SPA52784   SPA52785

Comme le fil à deux brins doit être retordu deux fois plus que la normale pour que ça soit câblé (et pas que ça soit juste un bête retors à 4 brins), j'ai repassé mes deux bobines en Z sur le rouet. Puis retors en S.

SPA52787   SPA52788

C'est juste magique, le fil final est tout rond, pas surtordu pour deux sous, câblé pour de vrai, comme une chaîne, solide, avec un côté "face obscure de la licorne" qui ne me déplaît pas. C'est du boulot, mais ça vaut le coup. 187 m pour 107 g.

SPA52789

17 et 18 juillet

Ceci (mérinos+ soie), va être appelé à un retors avec cela (soie de saris recyclés). Ceci est fin prêt, mais cela prend un peu de temps à remplir la bobine. Le tout filé en S, histoire de voir si ça me pose vraiment problème. La réponse est non.

SPA52812

19 juillet

Retors navajo à 4 brins (en Z). Pas toujours des plus simples, mais faisable : 101 g pour 144,10 m. Le fil est bien équilibré, sans défaut majeur et le noir tout doux rend le fil plus agréable au toucher (parce que la soie recyclée, ça a beau être de la soie, Madame Michu, c'est pas tout à fait comme la soie qu'on imagine). J'en aurais bien fait plus, mais le noir était un cadeau et je ne sais pas d'où il venait, ce qui rend tout réassort problématique. La soie de saris était un cadeau aussi, mais j'ai acheté du complément.

SPA52815   SPA52817

SPA52818

20 et 21 juillet

SPA52820Petite bobine de zwartbles (en Z), avec ajout de petites touches de couleur ça et là. Pour celle-ci, le retors sera à deux brins avec un fil tout seul identique, mais sans les petites touches, du classique quoi, du bêtement classique donc.Je sens le coup de mou qui se profile. Les côtes sont dures, même si la progression est bien là (enfin, je trouve). Je ne vais pas abandonner le tour, mais je me lasse un peu. Dehors, la terre est sèche comme je ne l'ai jamais vue ici. Même si les températures sont supportables, ça cogne un peu trop à mon goût, alors que j'ai encore des toisons à trier. Et mon bidon d'eau de pluie n'est rempli qu'à moitié.
J'ai proposé certaines de ces toisons à d'autres, j'attends les réponses, mais quoi qu'il en soit, je ne travaillerai pas tout ça. Y en a juste trop pour moi. Et malgré tout ce que j'ai déjà donné, sans compter ce que j'ai lavé cette année, il me reste de quoi filer pour des années. C'est juste trop.
Pour changer de braquet, je repasse à des outils moins gros.

 Je reprends le spindolyn en me disant que ça va me remotiver. Mais ça ne colle pas vraiment. Alors que mon premer essai était juste bluffant, j'ai du mal à trouver une position confortable, la petite boule sort régulièrement de son logement. Ca tourne bien malgré tout, mais sans l'inertie de dingue dont ce petit objet sait faire preuve.

Je me dis que c'est peut-être la fibre : du Ouessant brut. Pour voir, je prends mon petit turc avec le même Ouessant et là, les gestes sont faciles, ça se fait tout seul, le fil est régulier (même si non, je ne range toujours pas mon fil joliment sur la pelote).

 SPA52821    SPA52822

J'entends à la radio qu'il a fait plus de 33° en Laponie. Je me dis que les rennes non plus ne doivent pas trop aimer ça.

 

22 et 23 juillet

Toujours pas de pluie... Normalement, c''est repos du tour aujourd'hui. Mais quelques tours de fuseau ne comptent pas (et ne se voient pas forcément beaucoup sur ledit fuseau - donc on fera sans photo).
Retors à deux brins zwartbles et petits bout d'une nappe qui pète made by my cops Pascale.
L'écheveau (148 m pour 135 g) est au bain pendant que j'écris ce message. L'idée est qu'il aille bien avec celui de zwartbles tombé du rouet, il y a 10 jours. A vue de nez, le rapport poids/métrage laisse entendre que ça devrait coller.

SPA52823

 

24 au 26 juillet

Je repars sur l'exploration des retors à 4 brins, pour tester l'aussière (dixit Sarah Anderson), je fais tout pareil, sauf que mes fils simples sont tordus en S, pas en Z. C'est un peu délicat de faire la pelote d'un fil double complètement rebelle, mais ma bobineuse coopère avec délicatesse. C'est aussi l'occasion de tester un Blue Face Leicester (BFL pour les intimes) en plus de ma soie de saris recyclés. C'est doux, c'est long, c'est beau, mais curieusement, mon ruban est carrément odorant pour une mèche traité. Il sent encore bien la bête, j'imagine que ça partira au lavage. L'écheveau final est petit et l'épaisseur est moyenne  : 52 g pour 53 m. Ca ressemble un peu à du navajo, mais c'en n'est pas.

SPA52824   SPA52827

Il ne pleut toujours pas, je me déshydrate petit à petit, j'espère que demain, il fera plus frais.

Traînant ma misère d'hygrométrie insatisfaisante, je vais me promener sur les messages d'autres fileuses ici ou là et je tombe sur un rouge de toute beauté, made chez ma copine Fée d'Automne, avec qui j'ai déjà pu échanger de bien jolies choses. Donc, j'ai envie de rouge.
Alors je m'attaque au rouge que j'ai en stock : du Cheviot, mouton qu'on trouve souvent de l'autre côté de la Manche, ici teinté dans un rouge profond, libellé "sangria" par un fournisseur sis (justement) de l'autre côté de la Manche. J'ai un projet tricot pour ce rouge, mais je ne le voyais pas si sombre, alors je fouille dans mon tiroir à miracles et je déniche un coton DMC, vieux de plusieurs décennies que ma môman avait acheté, sans doute quand elle était dans une période broderie, il y a longtemps. La pelote n'est pas entière, le coton est dit "coton perlé", ça fera un petit écheveau, mais qui devrait suffire pour ce que j'ai en tête.

Retors navajo à 4 brins, où le 4e brin est ce coton-souvenir qui court le long du retors, 66 g pour 84,30 m (la photo est pourrite, parce que prise trop tard, mais c'est un très joli rouge.

SPA52829   SPA52835

27 au 28 juillet

Une jolie rencontre, alors qu'il a enfin plu et que je recommence à respirer. Je repars dans le coton et dans le pas simple, pour faire mon retors à partir d'une pelote. Ca part en noeuds bien souvent, mais, je garde mon calme et j'y arrive, sans même devoir y passer des heures. Suis plutôt contente de moi : 68,7 m pour exactement 50 g.

SPA52836   SPA52837

29 juillet

Dernière étape... Je fais une pelote de ce qu'il y a sur le spindolyn et je retire les pales du turc. Je retordrais les deux ensemble plus tard. Puis, je me lance dans un trois brins, version crêpe, Ouessant blanc et soie de saris. Ca n'est qu'un essai, pour voir, donc petit métrage : 58,75 m pour 42 g. J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois, mais j'aime assez le rendu fnal.

SPA52838   SPA52839

Il serait peut-être temps que je me décide à faire quelque chose de tout ça. Pour ce faire, y aura pas le choix : on va calmer un peu le filage.

Posté par eibhlin à 18:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juillet 2016

Tour de fleece : bilan

Je suis très contente d'avoir participé, j'ai appris des choses et j'ai vu des fils à tomber chez les autres participantes.

Mon oeil s'est affûté, mes doigts sont devenus plus précis et tout ce qui a été filé pendant ces trois semaines entrera dans un projet ou plusieurs. J'ai eu une très belle surprise avec le poil de chat. Malgré le boulot que ça demande, je suis prête à refaire (à condition que ça soit aussi doux). C'est chouette. Mais en attendant, je n'ai pas tricoté du tout, je n'ai pas désherbé la cour, ni fait un certain nombre de choses sans rapport avec le filage pourtant à faire. J'arrive à la fin de mes vacances, il va falloir que laisse un peu le rouet de côté et que je carbure pour tout le reste. Ah et il faut aussi que je prépare mon cadeau pour la fileuse qu'il a fallu que je tire au sort parmi toutes celles du groupe qui m'ont vraiment impressionnée (presque toutes en fait). Je crois que je suis à la bourre...

SPA52052

Poids total de fibre filée pendant le tour : 693g (je suis une petite joueuse).
Métrage total des écheveaux terminés : 1263,34m (je crois que c'est pas mal du tout pour moi).

Mes objectifs sont atteints, je n'ai pas de fil tout seul à montrer, mais c'est pas grave, j'en ferai plus tard. Je n'ai pas non plus fait assez pour un seul pull, mais j'ai complété ce qu'il me faudra pour en faire plusieurs. Et varier les fibres m'a permis de ne pas me lasser.

Posté par eibhlin à 11:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Tour de fleece, c'est parti !

Me suis inscrite dans l'équipe Tricot&Co sur ravelry, avec des objectifs plutôt modérés.

Parce que je me suis dit que ça serait plus simple à mettre à jour, tout sera dans le même message, modifié au jour le jour.

Et si vous ne savez pas ce qu'est le Tour de fleece, Mélanie l'a très bien expliqué l'année dernière.

Objectifs de cette année : Filer un peu tous les jours, écouler mon stock et faire assez d’un joli fil naturel uni pour un beau tricot Aran
Fibre : du lin, de la ramie, du chameau, du Ouessant (plein de Ouessant)
Technique ou préparation à essayer : du tout seul et du retors
Cadeau : Au moins 100g de Ouessant, que j’aurais préparé pour qu’il soit prêt à filer facilement. Attribué par mes soins à celle qui aura fait quelque chose qui m’impressionne vraiment (ou alors, attribué par mon tirage au sort, parmi tous les trucs qui m’impressionneront, parce que je sais déjà qu’il y en aura plein).

2 juillet

démarrage en douceur : du Ouessant écru à écharpiller avant de le filer puis de le retordre en navajo (retors chaînette). Mon gilet modulaire tricoté n'a pas beaucoup bougé, il me faudra de toute manière pas mal de fil pour le finir, dont de l'écru...

SPA51969 SPA51970

A 22h30, je suis arrivée au bout d'un petit retors navajo.
57g pour 75,05m.

Bon j'ai triché un peu, il y avait déjà un petit peu de nuage filé en tout seul sur la bobine

Il me reste à le laver.
J'attendrai pour ça d'avoir d'autres bobines pleines

SPA51973

3 juillet

aujourd'hui, ça sera chameau, tout fin, tout fin, sur un fuseau traditionnel plutôt lourd (90g quand il est vide).

Demain, j'aurais moins de temps libre qu'aujourd'hui, j'avancerai un peu là-dessus (mais sans doute pas beaucoup).

Bébé chameau sur un fuseau traditionnel

SPA51983

4 juillet

pas de quoi mettre une photo qui montre la différence avec la production d'hier. Juste quelques mètres de plus, mais j'ai l'impression que je deviens plus rapide et ça reste pas mal régulier.

5 juillet

on en rajoute un peu sur le fuseau, on en fait une petite pelote sur la bobineuse et hop, un retors andin au rouet, environ 56,50m pour 18g. Je ne sais pas si ça nous fait une épaisseur "lace" ou "fingering", mais pour être honnête, ça ne m'importe pas vraiment. Je suis assez contente de moi.
Je vais devenir une pro du retors andin et mon fuseau que je trouvais vraiment difficile, quand j'ai commencé à jouer avec, me plaît de plus en plus.
Demain, je tâche de mettre un peu d'ordre dans ce qu'il faut que j'emmène au festival et soit je continue dans le Ouessant, soit je sors la cardeuse. Ca sera en fonction de l'humeur.

SPA51987   SPA51988

6 juillet

finalement, j'ai continué le bébé chameau, mais au rouet, avec un fil bien plus épais. J'ai fini la première bobine en fin de matinée, attaqué la deuxième dans l'après-midi, mais je ne sais pas si je pourrais faire des photos avant la nuit. Au pire, ça sera demain, avec en prime la photo du retors à deux brins qui suivra, probablement dans la journée.

7 juillet

tranquillement, après un réveil en douceur et quelques tasses de café, on finit la bobine à remplir. On colle les deux bobines sur le cantre, on sort l'épinglier jumbo, au cas où ma troisième bobine standard déborderait et on pédale dans l'autre sens. Résultat : un écheveau assez doux qui se prêtera bien à un pull de style Aran, à vue de nez, tricoté en 4.

104g, 147,25m.

SPA51994  SPA52000

Je ne savais pas encore (quand j'ai mis à jour le message ce matin), si j'allais avoir le temps de remettre un nouveau fil sur la bobine aujourd'hui.

Et bien si, c'est chose faite. Après avoir ouvert un sac de merveilles de petits bouts de fils triés par nuances (merci Françoise !), descendu la cardeuse et joué les américaines qui postent sur youtube - et cachent une masse musculaire impressionnante sous leur petite (mais pas systématique) surcharge pondérale, pour faire des rotations de rouleaux d'haltérophiles - j'ai sorti deux nappes, dans les tons verts. 

Bébète, ma voisine et copine dirait encore que ma cardeuse ne mérite pas un aussi mauvais traitement, mais ça défoule, ça fait du bien et le résultat me semble prometteur. Demain, je finis le filage et je fais voir le retors.

8 juillet

bilan de la fin d'après-midi d'hier et d'une petite matinée de pédalage. Trois petits bols pour montrer le résultat de trois étapes de recyclages de bouts de fils divers et variés. Ils seront sur le stand que Kanisha et moi tiendrons dès demain au festival de Commana, histoire de faire voir (et toucher) qu'on peut faire un fil pas trop moche avec des choses qui seraient normalement parties à la poubelle.

SPA52004   SPA52005

Au contact, c'est surtout, voire uniquement de l'acrylique. Le retors est fait au fil à coudre noir. C'est un peu brillant, ni rèche, ni extrèmement doux. Je le verrais plutôt dans un tissage décoratif que dans quelque chose à porter. Le petit écheveau fait 41g, 72,50m. J'aurais pu en faire plus, mais ça n'aurait pas été prêt pour le festival et il me reste encore à préparer pas mal de choses avant de décoller pour les monts d'Arrée, tôt demain matin.

9 & 10 juillet

Week-end plus que sympathique à Commana. Kanisha avait ramené trois moutons et à nous deux, nous avons animé un stand, dont le propos essentiel était de montrer qu'on peut faire des choses assez incroyables avec les toisons des tout petits moutons d'Ouessant. Pas la peine d'aller jusqu'en Australie pour trouver des fibres fines et douces qui se prêtent à tout ce qu'on veut.

SPA52012

Les gens se sont succédés autour de nous, tous sympathiques, tous curieux. Non seulement, il y avait des fileuses, tricoteuses, crocheteuses, tisserandes, aguerries, mais aussi du public, local ou un peu moins, juste désireux d'en savoir plus. Un vrai succès !

Les après-midi, nous étions programmées pour montrer comment on trie une toison, avant de la laver. L'idée était de partir de la toison qui était tondue sur place, aux forces. La toison du samedi était douce, mais on ne pouvait en garder que très peu. Celle du dimanche par contre était un petit bloc compact, feutré, irrécupérable. Heureusement, nous avions prévu des toisons de notre côté. Les gens ont pu voir, mettre les mains dedans, humer, trier et découvrir. Je crois que ça a plu.

Sans Kanisha, tout aurait été nettement moins joli sur le stand. Nous avons été si sollicitées, occupées à répondre à des questions diverses pendant ces deux jours, que nous n'avons pas pu voir grand-chose d'autre du festival. J'ai raté les essais d'autres rouets (alors que j'avais prévu d'en profiter), l'étape du tour de fleece, les explications des gens de la filière lin et quasiment tout le reste.

Mais je suis malgré tout très contente d'avoir pu participer à cette première édition d'un festival breton. J'en garderai un excellent souvenir de personnes croisées parfois depuis un bon bout de temps sur les forums, avec qui on échange une foule d'idées et qu'on rencontre enfin en vrai, pour découvrir avec plaisir qu'on partage encore plus de choses que ce qu'on pensait.

SPA52010 SPA52011

SPA52009

11 juillet

en matière de Tour de fleece, pour moi les deux derniers jours étaient hors course, j'ai filé, mais surtout des petits bouts, pour faire voir comment on fait, aidé certains à tenir un fuseau et à comprendre le principe, voire le geste. Aujourd'hui, c'est repos officiel sur le tour. Ca tombe bien. J'ai besoin de récupérer un peu.

12 juillet

étape de montagne, même si je ne l'avais pas vraiment mise au programme quand je me suis inscrite.

Ce matin, avant d'attaquer l'étape du jour, en me décidant à ranger les écheveaux, pelotes et bidules-trucs toujours dans des cagettes au retour du festival,  je suis tombée sur un petit paquet de poils de chats que Kanisha m'avait amenée pour la démo, mais qu'on avait même pas eu le temps de sortir. C'est en remballant tout le dimanche soir qu'elle a retrouvé quelques sachets, avec du caniche, du chat et d'autres choses. J'ai touché le poil de chat et je lui ai dit que je le prenais, parce que contrairement aux poils de mon chat à moi, que j'ai filé pour rire avant le festival, c'est vraiment très très doux et un peu plus long aussi. Mes doigts ont tout de suite plongé dedans. Le fait d'avoir vu la bête en photo avant m'avait déjà fait envie, mais c'est le contact qui m'a fait prendre ce petit sac, juste au cas où, un jour... Tu parles, Charles ! A peine j'ai retouché ce matin, à peine je me suis mise à faire un petit nuage aéré de toute cette fibre.

Dans l'ordre des photos : la chatte qui a bien voulu laisser partir une partie de ses poils et le paquet de poils que j'ai ramené chez moi, avant écharpillage.

le_chat  SPA52016

Au bout d'un peu plus de 4 ou 5 heures (étalées dans la journée, c'est bien les vacances), j'en ai fait une bobine.
Je l'avais lu, je le savais pour avoir testé, mais le chat, ça feutre en moins de deux. L'écharpillage m'a pris presque autant de temps que tout le filage. J'ai alterné les deux pour ne pas me lasser.
De la bobine, j'ai fait une pelote.

SPA52019  SPA52022

Et de la pelote, j'ai fait un retour andin, en galérant un peu (il faut le dire, parce que même quand il est déjà en fil, le chat s'agglomère avec lui-même plus vite que son ombre et quand ça part en vrille, il faut rester patient pour détortiller tous les tortillons avant de pouvoir tirer à nouveau le fil qui sort de la pelote.

J'en ai 10g (je ne pouvais pas tirer plus du paquet que j'avais) pour environ 31,30m.

SPA52024

C'est d'une incroyable douceur, un peu vaporeux certes (mais nettement moins que les poils de chien et de chat que j'ai filé auparavant). Et si ça n'était pas aussi long comme processus, j'en ferai bien plus.
Moralité : le chat oui, mais à condition que ça soit du persan, du maine coon, du rag doll ou tout autre félin présentant des poils aussi doux et aussi longs et à condition aussi qu'on ne soit vraiment pas pressé du tout (et pourtant tout ceci a été fait au rouet).

13 juillet

petite journée pour le travail de la fibre, juste de l'écharpillage d'Ouessant. La photo, si je l'avais prise, serait presque identique à celle du 2 juillet.

14 juillet

petit écheveau de Ouessant blanc : 45m, 28g et juste à côté le mini écheveau toujours en Ouessant, que j'ai fait dimanche dernier au festival, juste pour montrer à Gypsy comment on faisait : 18m, 14g. Je crois suis sûre que filer du blanc et que du blanc m'ennuie un peu. Demain, ce sera tout sauf du blanc.

SPA52025

15 juillet

Fée d'automne m'a fait il y a quelques semaines une nappe superbe, faite de mouton à poil long, de viscose noire et de soie blanche. Une tuerie, toute facile à filer tellement tout est doux et aligné dans le bon sens. Je voulais de la couleur, je l'ai filée.

SPA52028

16 juillet

Cette nappe de Fée, c'est 120g de bonheur que je continue à travailler, en me coupant des nouvelles du vrai monde autour, du voyeurisme indécent de pseudo-journalistes voulant faire du sensationnel, des polémiques stériles de dirigeants résolumment à côté de la plaque, des discours des experts qui en savent moins que moi et autres nouvelles affligeantes.

 

SPA52029

 

Demain, je retords !

17 juillet

retors tout simple, à deux brins. Je ne suis jamais vraiment sûre de mes métrages, mais là j'ai recompté le nombre de tours sur mon bel échevaudoir de 1,86m d'envergure, en rajoutant la longueur du bout de fil qui ne faisait pas un tour complet : j'arrive à 120g, 338m.

 

SPA52034

18 juillet

petite virée dans le luxe absolu : une tresse de l'Atelier du chat noir, qui m'a été revendue par Claire des Bruyères.

Premier constat : le luxe absolu sent le patchouli plein pot. Je ne déteste pas, mais je me demande qui, de Claire ou de Christie, a pu parfumer la tresse de cette manière. Je suis quasiment sûre que les mites n'aiment pas. Mais, étrangement, ça me ramène dans les années 70, quand une de mes soeurs aînées s'aspergeait copieusement de la chose. Ca fait comme une interférence avec mon idée du luxe absolu.

Deuxième constat : il faut étirer la tresse après avoir défait plusieurs mailles. Ca doit être un truc avec les tresses, j'ai ressenti la même chose avec une chaînette pure shetland venue du pays de Galles. Moralité : je crois que je préfère les nappes aux tresses. Avec une nappe, on peut attaquer tout de suite.

Troisième constat : le mélange wensleydale + soie est tellement bien mélangé qu'on se demande en le filant si ça n'est pas que de la soie. J'en déduis que le wensleydale offre une fibre bien longue. Du coup, on est finalement pas mal dans le luxe absolu, malgré le patchouli.

Filage en quasi étirage par l'avant (long draw), retors avec un fil à coudre bleu roi. Si j'avais laissé le fil tout seul, il aurait manqué de "oumpf" et aurait eu un côté presque barbie que je je ne saurais sans doute pas marier à autre chose.

SPA52036  SPA52037

102g, 231m

19 juillet

jour de repos pour le tour, jour de canicule par ici. Enfermée à l'ombre, avant de faire des courants d'air, partout dans la maison, je me suis liquéfiée, j'ai bu de l'eau et j'ai juste écharpillé un peu de blanc. Avec la lampe, il avait l'air moins blanc, c'était moins lassant que d'habitude. Et du blanc, il m'en faudra encore pour finir mon gilet. Pas de photo qui vaille la peine d'être montrée, un nuage d'Ouessant ressemble presque toujours à un nuage d'Ouessant. Demain, les températures devraient redevenir plus normales. Je filerai sans doute du blanc et peut-être autre chose.

20 juillet

le blanc, comme prévu, avec l'apparition d'un paquet de noeuds (pas prévu par contre), la résolution du paquet de noeud et un nouveau retors navajo.

SPA52040

40g, 41,30m.

Sauf si je me suis complètement plantée pour le métrage des autres, on pourrait croire que c'est vraiment complètement irrégulier et un peu n'importe quoi, sauf que mes trois écheveaux d'Ouessant blanc ont à peu près le même aspect et que je sais déjà que le tricot pardonnera tout !

21 juillet

parce qu'après le blanc, il me faut de la couleur (pour éviter la dépression), j'ai repris le lin, le coton et la ramie pour compléter ma collec' de l'année dernière. Une deuxième bobine est en cours avec de la ramie indigo, pour le retors. Suis contente, je n'ai pas perdu la main, mes épaisseurs semblent correctes, ça devrait le faire. Et je trouve la chose plutôt agréable à filer.

SPA52048  SPA52049

Avec le stock qui me reste, je devrais avoir de quoi en faire encore deux autres comme ça, peut-être même trois : assez pour un gilet j'imagine.

22 juillet

retors terminé. J'aime ce fil ! Comme je n'ai pas entièrement vidé ma bobine de ramie, je vais peut-être continuer à en faire un peu plus d'ici dimanche.
Et si j'ai le temps aujourd'hui, je m'en vais trier une ou deux toisons. J'en ai encore quelques-unes qui attendent patiemment dans leur sac poubelle.

SPA52050

110g, 161,54m

23 juillet

dernière ligne droite. Demain, c'est l'arrivée. Naturellement, je me mets en queue de peloton. Par nature, je ne suis pas pressée et la plupart des choses que j'ai fait pour ce tour devront être complétées (sans doute à un rythme moins soutenu). J'ai mis sur la bobine un nouveau fil d'Ouessant noisette et je me suis retrouvée rassurée. C'est le blanc qui me fatigue, pas le Ouessant. Pas de photo. L'écheveau aura le même aspect que celui que je fais voir sur la photo du 14 juillet.

24 juillet

j'aurais pu mettre plus de fil tout seul sur la bobine, mais j'avais envie d'avoir un truc fini pour le dernier jour. C'est donc un petit écheveau qui va rejoindre ceux qui attendent d'être lavés, puis d'être tricotés.

SPA52051

49g, 45,90m

Posté par eibhlin à 11:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,