05 février 2017

De A à Z, de la fibre au pull, rien qu'avec du temps et un peu de travail

D'abord, il y a eu cette découverte fin 2015 d'une fibre toute douce, venue de Mongolie, proposée par une association dans le but est de réintroduire les chevaux de Przewalski dans la steppe. C'est du bébé chameau, c'est long, c'est fin, c'est doux : un vrai bonheur à filer.

SPA51815

Ensuite, il y a eu comme une envie de me relancer dans un vrai tricot taille adulte. Un truc chaud, un truc doux avec un peu de relief pour emprisonner l'air.

Starmore, Lavold ? Finalement Mon choix s'est porté sur Lavold (juste parce que comme l'échantillon collait, ça m'évitait plein de calculs)

SPA52179   SPA52181

Je suis tombée en panne de fibres (parce que tellement je la trouvais belle, j'en ai offert à droite et à gauche), mais m'a copine Claire (qui en avait acheté aussi) m'a dépannée au dernier moment, ce qui m'a permis de faire mes manches.

SPA52180   SPA52178

Les coutures sont faites au crochet en Ouessant (vraiment, je n'avais plus du tout de chameau) et les variantes d'épaisseur de mon filage (pas toujours terriblement régulier d'un écheveau à l'autre) donnent un côté rustique que j'aime bien.
Et finalement, j'aime beaucoup l'erreur de sens de ma torsade sur le col. C'est la petite touche personnelle qui fait la différence.

Le pull est tout à fait portable, même s'il est un peu lourd. Je crois que je vais mettre un petit coup de fer sur les coutures (tout doucement, pas trop chaud et pattemouille obligée) pour les assouplir, puis je rentre les fils, avant de penser sérieusement à un prochain pull à torsades.

Posté par eibhlin à 19:55 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 juin 2016

Cet été, à Commana...

Les 9 et 10 juillet 2016, une belle fête en perspective !

Petit à petit, les choses se précisent. Les préparatifs avancent. Avec d'autres, je suis plein pot dedans et je me fais déjà une joie de voir certaines personnes en vrai et de partager plein d'idées, d'astuces, de fibres et de sourires. Je retourne à mes ouvrages...

Flyer_lesfibrophiles_a5_web-page-001 Flyer_lesfibrophiles_a5_web-page-002

Posté par eibhlin à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 juin 2016

Et toi, tu la prépares comment ta fibre d'Ouessant ?

La question est venue sur le tapis lors d'une conversation avec Kanisha (en ce moment trop occupée avec les agnelages et les tontes qui ont démarré, pour alimenter son blog). Les toisons, je les trie, puis je les mets tranquillement à fermenter. Une fois rincées et sèches, elles se présentent en morceaux, un peu trop compacts à mon goût pour les filer facilement.

SPA51936

Au début, je passais tout à la cardeuse, mais je me suis rendue compte que le résultat me satisfaisait mieux en écharpillant les morceaux entre mes doigts. Ca m'évite un certain nombre de bouboules (nepps chez les anglo-saxons) un peu plus fastidieuses à filer, mais ça n'est pas plus rapide qu'avec une cardeuse.

Donc, avec mes doigts, je prends ça :
SPA51937

Pour en faire ça :
SPA51938

Et je n'ai plus qu'à filer le nuage.

Ensuite, c'est le filage qui détermine l'aspect du fil. Tant qu'on peut en faire quelque chose, ça me va, mais j'ai une très nette préférence pour le fin, voire le tout fin, même si c'est plus long à faire.

Avec du moyen et du presque fin, je me suis fait deux petits bonnets. Le premier est un tychus tout en Ouessant et d'une simplicité enfantine à tricoter. Il n'est pas des plus doux, mais tient bien chaud aux oreilles. Le deuxième n'a qu'une torsade en Ouessant, histoire d'utiliser la seule pelote que j'avais filée avec cette épaisseur-là. On dirait un peu un bonnet d'apprentie sorcière. J'ai piquée l'idée du do-it-yourself hat de Robbyn Kenyon pour le faire à ma sauce.

SPA51933

Posté par eibhlin à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 avril 2016

Ne soyons pas pressé (multiples de trois : suite)

Il avance mon multiple de trois. Je suis à nouveau en panne de blanc, mais je peux quand même ajouter des petits bouts ici ou là.

Sans le mannequin, je crois bien que j'aurais renoncé, surtout que je persiste à ne rien vraiment calculer, ni trop prévoir à l'avance. Donc forcément, certaines tentatives sont défaites à peine tricotées. D'ailleurs, je me demande si le gros triangle de blanc n'est pas un peu trop gros et s'il ne faudrait pas que je le défasse...

Enfin, c'est décidé, ce sera un gilet, avec fermeture éclair et, si j'y arrive, poches et capuche. Mais, ce qui est sûr, c'est que ça va me demander quelques mois encore. Ca ne me dérange pas plus que ça. Au bout du compte, j'ai envie que la chose me plaise et soit portable.

SPA51898

Posté par eibhlin à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2016

A la va-comme-je-te-pousse (multiples de trois : suite)

Ayant lu quelque part sur ravelry que sur le modèle, il y avait un problème de calcul, je me suis dit que j'allais m'abstenir de le suivre (super excuse, n'est-il pas ?).

Oui, mais à force de poser le tricot puis de le reprendre, de filer une petite pelote ou deux, de cesser de prendre des notes, je ne savais pas forcément où j'en étais dans mon avancée et mes semblants de calcul, ce qui ne m'a pas empêché de coninuer complètement au pif, en ajoutant des quartiers pas forcément de même taille aux précédents.


SPA51888
Quand je me suis enfin décidée à mesurer, j'ai compris que ce truc était beaucoup trop grand pour devenir un dos (ou toute autre partie d'un pull), même pour une personne mesurant deux mètres cinquante, sauf peut-être, si je lui faisais des petits bras tout malingres. Pas terrible, surtout que je n'ai personne dans mon entourage dont la morphologie aurait pu correspondre. J'aurais pu continuer et en faire une couverture, mais ça n'était pas le projet de départ.

Pas grave : j'ai défait...
Puis j'ai gambergé... puis j'ai ajouté des petits bouts... puis j'ai redéfait les petits bouts et un peu du reste... puis j'ai sorti le mètre ruban, un papier, un stylo et la calculatrice... puis j'ai ajouté des bouts... puis j'ai défait les nouveaux bouts... puis je me suis dit que je n'avais pas la bonne approche... puis je me suis dit que j'allais peut-être laisser tomber, tout redéfaire et recommencer avec une construction plus simple.

Ah, mais non. C'est qu'elle me plaît bien cette partie centrale et comme ce projet est dûment inscrit au KAL "netedecouvrespasdunfilémain", je ne pouvais pas laisser pas tomber. J'ai d'abord eu l'idée de me faire un patron en papier journal pour pouvoir m'assurer que chaque nouveau module ne risquait pas de sortir du cadre. Sauf que l'idée d'épingler régulièrement un tricot sur un journal ne me plaisait qu'à moitié...

Alors j'ai demandé de l'aide autour de moi. Grâce à l'âme charitable qui a bien voulu passer presque une heure à m'entourer de scotch de déménagement, je me suis fait un mannequin à mes mesures, comme expliqué dans une foule de tuto, dont celui-ci.

Ca change tout ! Un premier épinglage de ce que j'avais déjà en main m'a fait voir facilement où ça clochait et m'a permis de ne défaire que ce qui devait l'être. J'ai collé des diminutions régulières pour le haut et les emmanchures et (miracle !) je tombe juste pour les deux emmanchures.

SPA51891  SPA51892

A terme, ceci deviendra sans doute un gilet. Le fil est un peu lourd pour un pull.

Mais, en attendant, il va falloir que j'en file encore et encore. Je suis carrément à court de fil écru.

 

Posté par eibhlin à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


29 novembre 2015

Multiples de trois, en rangs raccourcis

Constats :

  1. Mon stock de fils augmente dangereusement avec tout ce que je file, surtout que le temps consacré au filage ampute d'autant celui consacré au tricot.
  2. Si j'attends d'avoir filé assez de fil compatible pour un même ouvrage, je risque de me retrouver comme avec mon fil en chien : il y en a plein, mais rien de tout ce que je tricote avec ne me plaît vraiment.

Solution : je commence avant d'avoir assez de matière première pour aller au bout de quelque chose.

Candidates : les toisons d'Ouessant en retors navajo et tant qu'à faire tout ce qui est déjà filé, pour commencer.
A vue de nez, il me reste 3 ou 4 kg à écharpiller puis passer sur le rouet. Il y a donc largement de quoi faire un bon gros pull qui tiendra chaud.

Projet : un machin modulaire qui permettra de voir venir (sans échantillon, ni calcul préalable) et d'ajuster les pièces en cours de route.

Modèle retenu (mais, en oubliant les manches au crochet) :

Un premier essai en mousse s'est avéré particulièrement moche et rigide.
On opte donc pour du jersey.  Et on va fouiller sur youtube pour trouver une explication claire sur la méthode de masquage des décalages, connue sous le nom de "German short rows", parce que les petits dessins sur le pdf du modèle ne m'éclairent absolument pas.

Je trouve mon bonheur ici : https://www.youtube.com/watch?v=i_6Pjl20zKA

Yapluka se lancer...

Et parce que mon fil ne correspond pas à l'échantillon préconisé, je démarrre par une forme plus ou moins carrée de 18 mailles. Puisque je ne tricote pas la première maille, je monte assez de rangs pour pouvoir relever 18 mailles sur les côtés (en trichant un peu).

Patchwork Sweater, 2054 - Free Pattern | Schachenmayr.com

Ladies' ethnic-style pullover of Schachenmayr select Reflect.

http://us.schachenmayr.com

 SPA51822

A chaque changement de couleur (et de direction), je tricote deux rangs avant de commencer les rangs raccourcis. Ensuite je travaille en ajoutant tous les deux rangs des groupes de trois mailles. Si je décompose, ça nous donne : 1ere maille (pas tricotée), deux mailles endroit, on retourne. On tire un peu la première maille sans la tricoter, on passe le fil derrière la maille avant de tricoter les deux autres (à l'envers). Puis on retourne, on repart à l'endroit en ajoutant trois mailles et on recommence (on retourne, on tire un peu la première maille...).

Pour les premiers triangles, ça me donnait 18 mailles, puis je suis passée à 24, j'en suis à 33 sur le triangle tout juste terminé de la photo.

Je n'anticipe pas vraiment ce qui va venir. Dès que j'ai une largeur suffisante pour le dos (ou le devant) d'un pull pour ma pomme, j'ajuste au besoin avec de nouveaux triangles, pour arriver à la bonne forme.

Posté par eibhlin à 13:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

22 novembre 2015

Puisqu'il paraît que le froid arrive

Voici mes mains parées.

SPA51820 SPA51817

SPA51819 SPA51818

J'ai eu un peu de mal sur les derniers tours du pouce et de la main (juste parce que je voulais éviter le grafting).
Ca aurait sans doute été plus facile avec un fil du commerce, mais je suis plutôt fière d'avoir réussi, rien qu'avec du filé main, avec mes petits doigts à moi !

Posté par eibhlin à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2015

Des fois, je suis capable de faire des trucs moches

Mais j'assume (enfin, plus ou moins bien) et je me dis que c'est toujours utile de partager ses ratés (ce que bien peu de gens font sur les forums, je trouve).

L'idée, c'était un bonnet de style péruvien, en poils de chien.

Premier constat : le contact du fil est toujours très peu à mon goût, que ce soit quand on le tricote ou qu'on passe la main dessus.

Deuxième constat : j'ai la confirmation que je n'aime pas du tout cet aspect velu, mais pour compléter la panoplie, on peut imaginer un gilet sans manche avec les mêmes fils.

SPA51805

Troisième constat : en tricot double, ça fait un gros volume supplémentaire.

Conclusion : j'ai pas mal réussi la reconstitution d'un casque de soldat en tricot (si j'avais rajouté une anse rigide, ça aurait pu ressembler aussi à une casserole retournée).

SPA51809   SPA51813

C'est bien chaud, ça protège les oreilles. Avec la doublure tout acrylique, le contact n'est pas désagréable, mais ça n'est vraiment pas joli.
Avec un autre fil, j'aurais sans doute défait, mais le fil de mon Sultan-plan supporte très mal le détricotage.
Je vais donc garder ce bonnet, pour sortir les poubelles au petit matin, quand il fait froid et nuit.
Ou alors, je le donnerais, mais à condition que ça fasse plaisir et que la chose soit vraiment portée (c'est pas gagné).

Posté par eibhlin à 13:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2015

J'ai ramé un peu, mais j'aime beaucoup le résultat

J'ai recommencé trois fois, à chaque fois avec un modèle différent, craignant souvent que le fil ne supporte pas un énième détricotage. Certaines parties du fil sont très douces, d'autres le sont moins, mais je peux quand même le porter à même la peau.

Je n'avais que 120g (aucune idée du métrage), ce qui compliquait un peu la chose. Pour que la longueur du chèche soit suffisante, j'y ai mis quelques rangs d'Ouessant gris et de mérinos d'Arles (tout blanc), parce que bien évidemment, mes calculs à la louche se sont avérés peu fiables.

SPA51785   SPA51782

J'ai retesté la couture en grafting pour qu'on ne voie pas la jonction des deux morceaux.

SPA51781   SPA51780

Il fait beau, la journée a bien commencé. Ca valait le coup que je persévère.

Andrea, merci encore pour ce très joli cadeau !

Posté par eibhlin à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2015

Faire et défaire : c'est pas toujours productif

j'ai beau être têtue, parfois, je finis par me rendre à l'évidence. Quand ça le fait pas, ça le fait pas !

SPA51669

Toute fière que j'étais d'avoir produit une quantité invraisemblable de fil de chien, je m'étais mis en tête de faire un joli petit gilet (tant qu'à faire, zippé et avec une capuche). Au bout du compte, il m'a fallu moults essais de points et de taille d'aiguilles, pour trouver un rendu qui donnait de la tenue, sans être rigide.

Oui mais voilà, je me rends compte que je n'avais même pas vu qu'il y a des différences de "bains" sur les pelotes. Tout le poil n'a pas été récolté au même moment et j'ai filé sac par sac, sans me préoccuper d'éventuelles variations de nuance. En plus de ça, le fil pique un peu, tout en étant désagréablement mousseux. Je n'aime pas vraiment les fils vaporeux.

Et, il faut le dire, c'est pas du tout agréable à tricoter. C'est même la première fois, je crois, que je trouve mes aiguilles métalliques trop glissantes.

Si on ajoute à tout ça un côté affectif (auquel je ne m'attendais pas), ce projet va finir par devenir déprimant. Le chien se fait vieux, très vieux, montre des signes de fatigue (attendus, peut-être, mais pas faciles à accepter pour autant) et se rapproche de plus en plus sûrement de la fin de sa vie.

Un gilet avec ses poils, on ne le mettra pas, on ne le donnera pas non plus. De toute manière, il ne serait pas vraiment beau, ni vraiment confortable. Je m'en vais donc tout défaire (au moins jusqu'aux diiminutions de cintrage à la taille).

En tapis, ça rendra bien, surtout avec ce point-là. Je me dis qu'éviter de me casser la tête avec un patron, des mesures et éventuelles adaptations, ça me permettra d'avoir un ouvrage facile, ne demandant aucune réflexion, ni attention à certains endroits. De quoi s'occuper les doigts pour de longs trajets en train ou en voiture.

C'est sûr, ça ne sera pas plus agréable à tricoter qu'en gilet.

Je persiste à croire que c'est importable sur soi, mais sous des pieds nus, ça devrait être bien.

SPA51670

Posté par eibhlin à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :