en fonction de l'humeur, de l'inspiration et du temps libre

12 août 2017

Defil26, première quinzaine, au bout de deux semaines

Landes de bretagne et cul de cardeuse vert (très clair), environ 263m, 103g

photos avant lavage

SPA52481   SPA52482

Pour le lavage, j'ai foulé (claqué l'écheveau plusieurs fois sur une pierre plate), mais je n'ai pas ébouillanté (je craignais que le mélange inconnu du cul de cardeuse ne réagisse mal, ou en tout cas, différemment de ce qui vient de la toison). Une fois lavé, l'écheveau me plaît toujours autant, alors je ne résiste pas : mets juste en deuxième photo, mon tout premier écheveau de Landes de Bretagne à côté, retordu sur lui-même, un peu plus épais après lavage, mais pas tant que ça. Ca devrait pouvoir être tricoté ensemble

SPA52486   SPA52487

Si je gaze bien (parce que d'autres écheveaux sont à venir), je vais peut-être réussir à faire un très joli tricot en Landes de Bretagne et culs de cardeuses (y a d'autres couleurs que du vert, dans ce que j'ai reçu - même si la dominante est verte). Sauf que, pour que ça aille bien ensemble, il faudra continuer à filer vraiment fin... et ça, ça prend plus de temps....

Et je viens de finir de filer une autre bobine du même vert en tout fin (hayé, je n'en ai plus...).  Pour retordre, il va me falloir une bobine de Landes de Bretagne (toujours en tout fin) et ça aussi, ça va prendre un peu de temps.

Pour éviter de me lasser, je m'en vais remettre un peu de zwartbles sur le rouet. Parce que pour le zwartbles, j'arrive au bout de tout ce que j'avais, c'est à dire pas loin de 2kg avant lavage (mais avec pas mal de perte au peignage).

Posté par eibhlin à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 août 2017

Et on continue les tris (ingrats)

Bonne nouvelle : mon blanc de mouton inconnu, sorti de la soupe le 25 juillet me semble parfaitement filable en l'état, sans traitement complémentaire.

SPA52480

La fibre est toujours dehors (il a plu ces derniers jours), je la rentrerai ce soir pour qu'elle finisse de sécher tranquillement, quitte à la ressortir au soleil plus tard.

Pour remplacer le Ouessant qui trempe dans la soupe depuis la même date (il serait temps que je m'active), je me suis armée de courage pour trier un premier carton, toujours de blanc.

Y a de la crotte, de la paille (un peu trop), de la mousse, mais aussi du feutré (souvent sur le bout des mèches).

SPA52478   SPA52477

Mon tri est plutôt drastique et limite fastidieux. Au bout d'une bonne heure et demie, je n'obtiens qu'une cagette de laine utilisable, avec très peu de débris végétaux et pas de mèches feutrées (ou alors très peu feutrées). C'est peu... Et il y a de la place dans la soupe pour en mettre plus.
Alors, le lendemain (aujourd'hui donc) j'attaque le deuxième carton, plus gros et plus lourd, mais dont je retirerai encore moins...

SPA52476   SPA52483

Dans la foulée, je sors l'Ouessant de la soupe et j'y plonge le contenu de mes deux cagettes (belle la couleur de la soupe, non ?).
Et on dirait bien que je n'ai plus de toison à trier pour cette année.

SPA52484  SPA52485

Dans tout ce blanc, les toisons ont été mélangées (ça je le savais), mais il y a là-dedans au moins une toison complètement irrécupérable.
Y a pas, j'aurais dû proposer de venir à Saint-Renan le jour de la tonte pour pouvoir au moins emballer les toisons séparément, voire les déborder sur place (parce que - je crois que je l'avais oublié - en plongeant la main au milieu de jolies fibres rien ne vaut le contact frais et humide de quelques mèches comprenant vraiment plus de crotte que de poil).

En remisant mes cartons, qui partiront à la déchèterie parce que mon compost sature, je me dis que sur ce butin Rénanais, la récolte aura finalement été bien maigre par rapport à ce que j'escomptais. Plus de la moitié finit au rebut, alors qu'un peu de préparation aurait peut-être permis d'en avoir plus.
Mais je ne me plains pas. Ces toisons, je les voulais, je les ai eues, dans le lot, il y a du joli. Si on me les repropose l'année prochaine, je tâcherai d'assister à la tonte.

 

Posté par eibhlin à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 août 2017

Defil26, première quinzaine, au bout d'une semaine (4 août 2017)

La bobine de gauche (Landes de Bretagne) filée la semaine dernière, sera bientôt retordue avec la bobine de droite (commencée ce lundi). La fibre vient d'un gros sac de culs de cardeuses (mais industrielles les cardeuses, hein), parce que je suis faible, moi aussi, j'ai acheté des trucs dont je n'ai pas forcément un réel besoin. Au toucher, je dirai que c'est un mélange mérinos/soie, mais c'est sans garantie.

SPA52474   SPA52470

Posté par eibhlin à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 août 2017

Pas question de se défiler...

Dans la foulée du Tour de Fleece (auquel je n'ai pas officiellement participé cette année - sauf en qualité de supportrice, mais ça, ça ne compte pas), Ucayali, grande tricoteuse, grande fileuse et surtout grande partageuse, a lancé l'idée du défi 365 jours de filage (photos tous les jours à l'appui, pour prouver qu'on y était). Rapidement, sur le forum où le truc a été proposé, l'idée a émergé de prévoir d'autres échéances pour celles qui (autres contraintes obligent), ne peuvent tout simplement pas filer tous les jours : on a donc vu le DEFIL365 décliné en DEFIL52 (pour 52 semaines), ou DEFIL12 (pour 12 mois).

Pour ma part, je vais me lancer dans un DEFIL26, par quinzaine de jours, mais sur un an aussi. Pourquoi 15 jours ? Parce que je suis pas trop douée en photo, donc il faut que la lumière y soit et que parfois sur une semaine, c'est juste pas possible d'avoir la bonne lumière ici, parce qu'il pleut ou qu'il fait trop gris, ou que je rentre trop tard pour qu'elle soit là. M'obliger à poster une photo (au moins par semaine), ça risque d'être trop chaud pendant 52 semaines d'affilée. Et le principe du DEFIL, c'est que si jamais tu rates une échéance, tu recommences à zéro. Bon je pourrais bien sûr partir sur un DEFIL12, mais du coup, le côté "défi" disparaît un peu, parce que quoiqu'il arrive, jusqu'ici, je file facilement tous les mois (même si c'est pas toujours une grande quantité). Je pourrais aussi jongler sur le moment où je décide de démarrer la semaine (parce qu'après tout, chez les anglo-saxons, la semaine commence toujours le dimanche), mais ça risque d'être complexe à gérer pour mon petit cerveau. Ce sera donc un DEFIL26, parce que par principe, c'est à moi de fixer les règles (ouais !). Et que sur un an, il y a 26 quinzaines de jours.

Je m'en vais donc mettre ici, régulièrement, des photos de mes expériences, avancées, ratages et autres. Et quinzaine par quinzaine, j'irai poster les photos sur le forum. Et pour ce même forum, j'incluerai à mon DEFIL la préparation des fibres (parce que pour moi, ça participe du même processus),

En attendant la première actualisation de mon DEFIL26, filez vite voir ce qu'Ucayali et les autres ont déjà fait...

(et si vous n'êtes pas encore inscrit(e) sur ravelry, faites tout de suite ! Hormis la phase d'inscription en anglais, on y trouve tout ce qu'on veut en français et dans plein d'autres langues aussi)

Posté par eibhlin à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juillet 2017

Premier fil en Landes de Bretagne

D'abord le tout seul :

SPA52429   SPA52428

Retordu en deux brins :

SPA52461   SPA52462

Avant lavage 184,5m pour 102g.
Je m'attendais à ce qu'après lavage, il perde en longueur (normal, je passe à l'eau bouillante, ça feutre un peu, mais ça stabilise aussi le fil et ça évite les mauvaises surprises au tricot - enfin, c'est l'idée...) et aussi en poids, puisqu'après une fermentation, l reste toujours du gras.
Trois jours plus tard, l'écheveau lavé est sec. Effectivement, il ne mesure plus que 167,3, mais le poids est toujours de 102g. Bon...

Et j'ai profité du "beau" temps pour ressortir un peu de blanc de Saint-Renan de la soupe et le remplacer par du joli Ouessant noir.
Je sais déjà que le Ouessant noir en sortira tout beau, mais j'ai comme un gros doute sur le blanc, pourtant l'odeur de la soupe est la bonne (ça pue fort avec le même genre d'effluves qu'à chaque fois que j'ai lavé comme ça).

Le bout des mèches du blanc est resté un peu crade (noirâtre), malgré 10 jours dans la soupe. Si ça se trouve, la fibre, pas assez rustique, n'aura pas trop aimé le traitement par fermentation (le blanc me semble un peu plus gris et moins blanc qu'au moment du trempage). J'ai rincé malgré tout et mis à sécher/aérer/rincer (en fonction de la météo des jours à venir). Mais il faudra peut-être que je relave ensuite. Ca ne me plaît qu'à moitié.

Puis, je me suis attaqué au tri d'un autre carton de blanc de Saint-Renan... et là, découragement !
De la paille tout partout, d'autres trucs pas identifiés (végétaux, insectes ou autres). J'ai abandonné, fais un vague tri pour envoyer au moins le complètement irrécupérable à la déchèterie (ça, c'est fait !) et je me dis que je trierai le blanc qui me reste quand je saurai si ce qui est sorti de la soupe ne me demande pas trop de boulot à renettoyer. On saura d'ici une dizaine de jours.

Alors, j'ai jeté un oeil sur le Ouessant noir de Saint-Renan. Là non plus, pas moyen d'en récupérer beaucoup. J'ai trié, mais je n'en ai gardé que très peu, là, c'est le haut des mèches qui étaient souvent trop feutrées (même pour moi.. c'est pour dire). Dommage, la fibre est longue et douce. Ce que j'ai gardé est illico parti dans la soupe avec le Ouessant noir qui y était déjà.

Posté par eibhlin à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


18 juillet 2017

Ouessant, encore et toujours...

D'abord, deux toisons venues de Ploum', mises de côté pour Mathilde, si elle en veut...
Parce qu'elles sont légèrement feutrées, et qu'il serait compréhensible que ça la rebute.

SPA52421   SPA52422

L'année dernière, j'avais envoyé une toison dans le même genre, pour moi parfaitement filable (et sans trop de boulot) à un autre contact, qui m'a dit à réception que tout ce poil était parti à la benne, parce qu'irrémédiablement feutré. J'en déduis que, sauf si cette toison avait vraiment souffert avant d'arriver à bon port (il lui a fallu plusieurs mois, le bla-bla-car, version transport de fibres n'étant pas toujours des plus rapides) tout le monde n'a pas le même contact ou ressenti avec une toison et certaines, peut-être plus habituées à du nettement moins rustique,  appliquent des critères beaucoup plus stricts que les miens. J'en suis encore désolée, elle était belle cette toison partie à la benne. Elle aurait pu faire un beau fil.

Et tant qu'à faire, puisque j'étais déjà dehors (malgré la canicule - non, mais, t'imagines, 26°, ici !), j'ai trié deux autres toisons, toujours d'Ouessant, qui sont parties attendre bien sagement dans la grange et qui remplaceront le blanc du mouton de race inconnue qui trempe dans mon bidon.

SPA52425   SPA52423

Et sur mon rouet, je découvre que la toison Landes de Bretagne, se file très bien, tout fin et va donner une très belle couleur chinée, que je retorde ou non (mais je crois que j'ai bien envie de retordre à deux brins).

Posté par eibhlin à 18:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juillet 2017

Je récapitule : le lavage par fermentation, comment je fais...

Juste parce que j'ai passé aujourd'hui une belle et riche journée chez Patrick Sastre (qui cherche à valoriser la laine de son troupeau avec une démarche qui me plait vraiment bien, en plus de vendre une viande bio... et tant qu'à faire, si tu manges de la viande, autant qu'elle soit bio, c'est mieux pour toi), je me suis dit que faire un récap' complet de la recette telle que je l'utilise aujourd'hui pourrait servir à d'autres, alors voici...

1. Je trie les toisons que je récupère. C'est le plus long à faire, mais c'est essentiel pour éliminer ce qu'on ne pourra pas filer avec plaisir. Ce qui part au rebut ira dans le compost, ou autour des arbres (si on en a) ou comme paillage dans le potager ou autour des fleurs, parce que les limaces n'aiment pas le mélange fibre-crotte-paille-et-divers-débris, pas toujours identifiables. Il y a des messages avec photos sur ce blog et on ne peut voir que ceux qui concernent (entre autres) le tri en cliquant sur "tri" dans la liste des "tags", en haut de la page, à droite.

2. Je récupère un bidon, genre bidon pour faire macérer les pommes à cidre, mais n'importe quel récipient en plastique type bidon avec un couvercle (qui de préférence ferme bien, parce que si ça ferme pas bien l'odeur passe et que si c'est ouvert, t'auras des colonies de moustiques) fait l'affaire.

3. En fonction de la quantité de toison que j'ai à traiter, j'ajoute la quantité d'eau qu'il faudra pour que ça soit immergé. L'eau peut être de l'eau de pluie à température ambiante ou de l'eau du robinet (si c'est le cas, tant qu'à faire, on la mettra chaude).

4. J'ajoute une petite poignée (ou deux cuillérées à soupe) de percarbonate de soude (trouvé en magasin bio). C'est plus basique (dans le sens chimique du terme) que le bicarbonate et souvent on l'utilise comme blanchisseur dans les lessives de linge, mais ça n'est pas aussi corrosif que la vraie soude caustique (NaOH) qu'il ne faut jamais, mais jamais, ô grand jamais, mettre en contact avec la peau ou d'autres muqueuses, sous peine de se retrouver avec des brûlures graves et irréversibles (on ne déconne pas avec la soude, sinon on le paie cher).
N.B. Plus ça va, moins je me demande si ce percarbonate est nécessaire. Il joue peut-être un rôle, mais j'ai déjà essayé sans et ça a très bien marché aussi. Pourtant l'eau de pluie est acide et une toison est normalement acide aussi, donc un ph plus bas devrait aider la fermentation.

5. J'ai mon bidon rempli d'eau, j'ajoute les morceaux de toison triés et j'appuie doucement (la tête carrément dans le bidon, j'en fais peu à la fois et j'ai un gros bidon) avec les mains, avec ou sans gants. A ce stade, la toison pue juste la bête et un peu la merde et la pisse (osons utiliser les mots). L'idée, c'est d'immerger tous les morceaux que j'ai dans mon bidon. Si finalement, je me rends compte que je n'ai pas assez d'eau, c'est pas grave, j'en rajoute. La fibre a tendance à flotter, mais je ne fais pas non plus "nager la fibre" dans plein d'eau. Au besoin, pour voir des photos, faire un clic sur le "tag" lavage sur ce blog (comme pour tri).

6. Je ferme le bidon et je laisse la nature faire son boulot pendant au moins une bonne dizaine de jours.
Là où je vis, en général l'été, il fait bon (rien qu'aujourd'hui, quand le capteur de ma voiture disait 30° à Chateaulin, je n'en avais plus que 23 chez moi).

7. Passés les jours, voire les deux semaines (ou plus) de trempe, je mets des gants en caoutchouc (la soupe a une odeur qui reste collée aux mains après de nombreux lavages au savon et elle décolore pour longtemps les bagues en argent), j'ouvre le bidon et je sors mes morceaux de toison.

8. Je mets immédiatement la nouvelle toison triée dedans. J'immerge comme la première fois et je laisse mon bidon au soleil. Normalement, en moins d'une semaine, la toison sera prête à être rincée. Au bout d'un moment de pratique, le sens olfactif dira si oui ou non le moment est bon, mais dans le doute, on peut laisser une bonne dizaine de jours en plus,pour être sûr.

9. La fibre que j'ai sorti de la soupe, je la rince, dans au moins trois eaux (de pluie, parce que j'aime l'idée de ne pas consommer plus que nécessaire), puis je l'étale sur des cagettes de champignon retournées (avec une pierre au dessus, parce que chez moi, il y a du vent - voir les photos sur ce blog).

10. Je laisse ma fibre sécher, rincer, aérer dehors sur ces cagettes pendant facilement une dixaine de jours, puis (s'il a fait humide ou qu'il a vraiment beaucoup plu), je rentre mes piles de cagettes dans le garage pour laisser sécher tranquillement.

Quand c'est sec au toucher, l'odeur est partie, la fibre est prête à filer, il reste juste assez de gras pour que ça aide sur le rouet ou le fuseau.
Pour avoir testé un petit bout de nappe de Landes de Bretagne (traitée de manière plus industrielle) sur le rouet tout à l'heure, je peux dire que par rapport à ma fibre, tout juste séchée après fermentation, à peine écharpillée aux doigts, c'est un peu plus sec et un petit moins facile - même si ça reste un bonheur à filer.

Quant au bain de soupe, il servira tant que j'ai des toisons à y mettre.

Plus il a servi, plus efficace il est. Avec ce qui me reste à faire, à vue de nez, ma soupe 2017 servira au moins jusqu'à fin novembre.

A noter (même si je l'ai déjà dit dans un autre message), cette méthode convient aux races rustiques. Pour du mérinos, d'autres ont eu des expériences malheureuses, avec une fibre (au départ blanche) devenue grise et cassante. Donc, si vous voulez tester, mais que vous avez un doute, rien ne vous empêche de faire un mini-bac de fermentation avec une petite boîte en plastique (qui ferme) que vous laisserez au soleil

Posté par eibhlin à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2017

L'air de rien, il me reste de quoi faire

En photos, le butin ramené de Saint-Renan fin juin :

SPA52233  SPA52234

Et aujourd'hui, le joli gris est sorti de la soupe pour être remplacé par de jolies mèches blanches (mais crades).
Il est resté tremper longtemps, mais on dirait que ça ne lui a pas fait de mal, J'ai juste mis un peu longtemps à rincer.

J'ai encore quatre énooooormes cartons pleins, à trier,  à faire tremper, puis à rincer.
Le Landes de Bretagne est sec et a eu plus que largement le temps de perdre la vilaine odeur. A vue de nez il sera écharpillé, mais je ne sais pas encore quand il sera filé. C'est du rustique, du vrai, mais certaines parties semblent assez douces quand même.

SPA52416  SPA52414

Je crois que je vais manquer de temps, même si j'arrive à tout laver, je vais en avoir beaucoup, mais beaucoup trop.

Si quelqu'un qui me lit n'est pas trop loin, je veux bien céder une partie du butin... Il suffit de demander...

Posté par eibhlin à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2017

On avait annoncé de la pluie en journé, elle n'est venue qu'en soirée

Et ça tombe bien, j'ai fini d'utiliser l'eau de pluie que j'avais en stock.

D'abord aujourd'hui, tri d'une toison, venue de Saint-Renan, joli gris, pas du Ouessant (c'est trop gros) et à vue de nez pas du Landes de Bretagne, parce que la fibre est plus longue que celle que j'ai récupérée à Dinéault et qu'il y a du crimp (on voit pas sur les photos, mais y en a... et du vrai).

SPA52243  SPA52244

Y a aussi de la bardane à Saint-Renan. Ca facilite pas toujours le tri, mais bon...

SPA52245

Puis, il y a de la paille et un peu de recoupes (mais on dirait qu'il y en a peu). Du coup, pas loin de deux heures de tri, c'est long, mais je crois que ça vaut le coup. En même temps, si j'ai tout bien compris, cette toison attendait de partir pour la déchèterie et n'avait pas vraiment été tondue avec l'idée qu'une fileuse pourrait récupérer le poil. Alors, je ne me plains pas. Si elle est aussi belle à filer que je pense, il sera toujours temps de prévenir les propriétaires que tondre sur une bâche, c'est plutôt bien quand on veut récupérer la fibre.

Puis sortie du bidon de ma toison de Landes de Bretagne, en place pour rinçage/séchage, à l'air, à la pluie et au vent (faudrait qu'il pleuve un peu, j'ai pas rincé autant que j'aurais voulu, faute de stock d'eau de pluie).

SPA52247

Posté par eibhlin à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2017

J'veux du tweed (et j'en ai toujours pas)

Bien décidée à poursuivre mon expérience (narrée ici), je suis repartie à gamberger sur une solution dont le résultat correspondrait enfin à ce que je recherche. Alors, j'ai voulu essayer avec un navajo, parce qu'avec ce retors-là, mes deux mains travaillent assez facilement de concert, donc ajouter des petites touches de couleurs ici et là au retors chaînette, sur un fil fin, tout seul, ça me semblait faisable. J'ai préparé mon fil tout seul, filé fin en Ouessant noisette sur ma bobine. Jusque là, c'était bon. Ensuite, j'ai préparé mes petites méchouilles de couleur, pour faire comme Tine, mais intégrer les mèches dans les boucles, au lieu de les mettre entre les deux fils d'un retors à deux brins.

SPA52228

On se rapproche, mais j'ai ramé et (pas qu'un peu). C'est pas laid, certes, mais je ne suis pas certaine que les fibres de couleur se tiendront bien dans un tricot (et j'aime quand ça se tient bien), alors, re-gamberge et je repars sur un petit fil tout seul, filé fin en Ouessant blanc sur ma bobine. Sauf, que là, j'intègre directement les touches de couleur dans le tout seul. Ensuite, je retors, toujours en navajo.

SPA52229

On se rapproche là aussi, mais c'est toujours pas ça. Sans doute parce que mes petites plages de couleur sont trop longues sur le fil tout seul.

Enfin bon, j'ai de quoi faire des bonnets et des bonnets (ou autre chose) avec ces fils tweedés qui n'en sont pas vraiment.

SPA52231

L'aventure n'est pas finie pour autant...

Posté par eibhlin à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Landes de Bretagne, le grand frère du Ouessant

Et zou, la toison de Dinéault étalée dans l'herbe, dûment humée, papouillée, triée, histoire de profiter d'une jolie fenêtre météo.

SPA52222  SPA52223

SPA52224

C'est la première toison de l'année à s'en aller fermenter dans le bidon. D'autres suivront après le 21 juin (jour de la tonte chez mes copines qui ont des moutons d'Ouessant noirs). Je vais sans doute réorganiser un trafic contre frais de port quand je les aurais, ça en fera sans doute trop pour moi, d'autant que j'en ai encore de l'année dernière, propre, qui attend patiemment que je trouve le temps d'en faire quelque chose.

Posté par eibhlin à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2017

La reine Didon dina dit-on...

... de deux dindons bobines bien dodues.

Portée par ce petit exercice de "théâtreux" qui s'exercent à avoir une diction claire, me suis fait deux bobines bien dodues.

SPA52212

A gauche, 140g d'un mélange Falkland/Merino (environ 20g, par couleurs - pétantes) de chez Hilltop Cloud, une productrice au Pays de Galles qui fait de bien belles choses, jolies à filer et qui me donne régulièrement envie d'aller lui acheter d'autres mélanges.

A droite, environ le même poids de corriedale teint par Ashford.

Belle idée, je me disais, de retordre ces deux fils sur ma bobine jumbo... L'idée était belle, certes, mais la reine Didon, forcément avec un régime pareil, a fini avec une méga indigestion. On aurait pu s'en douter, mais "on" n'y avait pas pensé. Parfois, "on" est un peu con.


Ma bobine jumbo n'est pas une bobine jumbo mahousse et n'a pas pu tout contenir (et la vache, à la fin, il fallait pédaler avec vraiment beaucoup d'énergie pour y arriver, avec le poids, les crampes n'étaient pas loin). Donc il a fallu que j'en fasse une nouvelle bobine (et pour ce faire, vider les bobines déjà prises par autre chose - je me demande si finalement je n'aurais pas intérêt à en acheter deux ou trois en rab').

J'ai fini par y arriver (ho, hé, hein bon !) et finalement, le résultat me plaît bien. Par contre, pour le moment, je n'ai aucune idée de ce que je vais bien pouvoir en faire.

SPA52226

 

 

Posté par eibhlin à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2017

Le soleil dans les Monts d'Arrée

Petite journée (suis pas restée jusqu'au bout) émaillée de jolies rencontres, de jolis sourires.

J'en aurais pour trop long à raconter en détail, mais je suis très très contente d'avoir fait le déplacement.
Le rouet a plu (enfin je crois), mes fuseaux aussi. Patsy (de la Guild du centre Finistère) m'a fait essayer un fuseau fait par son cher et tendre, plutôt lourd, fusaïole (large) en haut et j'ai été surprise de voir comment il tourne bien. Et le poids n'empêche pas de réussir à filer très fin.

Du coup, comme souvent quand c'est comme ça, j'oublie de sortir l'appareil photo du sac. Il n'est sorti que pour le clou du spectacle : la tonte. Impressionnant... Pas de violence, même si, bien sûr, les bêtes qui attendent leur tour semblent un peu stressées d'être ailleurs que tranquilles dans un pré. Mais l'opération est rapide, rôdée. Et ça ne peut leur faire que du bien, elles auront moins chaud.

Et le tas de laine s'amoncelle assez vite, pour rediminuer et regonfler à mesure que les fileuses, en herbe ou aguerries, viennent récupérer le graal d'une toison brute, odorante, prometteuse, mais sur laquelle il faudra passer un peu de temps pour réussir à en faire autre chose.

SPA52215  SPA52219

SPA52220  SPA52217

Suis repartie avec une toison de landes de Bretagne, d'un joli gris, contente !
Je pensais la trier en rentrant, puis la coller dans un bidon, mais j'avais oublié que mon herbe était trop haute.

Le tri attendra donc que je me décide à sortir la tondeuse.

Posté par eibhlin à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 avril 2017

Si vous êtes du côté de Dinéault, le 14 mai prochain

Moi, j'y serai avec fuseaux et rouet, pour montrer comment on fait, voire laisser les gens essayer s'ils s'en sentent capables, s'ils sont patients, pas énervés et qu'ils demandent gentiment, soit avec des toisons en suint, tombées directement des bêtes, soit avec du lavé par moi (des fois que le tout chaud tombé des bêtes soit trop gras à mon goût). Je n'ai encore filé ni Landes de Bretagne, ni Avranchines, je suis curieuse de tout ça et je me réjouis d'avance à l'idée de cette journée.

Si sa santé le permet, ma copine Bébette viendra avec moi et fera une démonstration de feutre.

dineault_14mai2017

Posté par eibhlin à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2017

J'veux du tweed !

Marie, sur le forum tricotin a lancé pour le défi du mois de mars : faire un fil pointilliste ou tweedé.
Pas à ma portée, je me disais... Mars est passé et Marie nous a fait part de ses expériences en la matière, à partir de rouleaux ou de nappes cardées mélangeant fibres longues et fibres courtes, mais aussi en intégrant des fibres au retors de deux fils fins, selon la méthode montrée par Tine.

Là (va comprendre, parce que c'est pas simple), ça m'a fait envie.

Hop, dans mon stock il y a un joli ruban de blanche du maine (échangé contre du Ouessant avec Natbertdo, il y a quelques temps).

SPA52199

La fibre est très blanche, élastique et plutôt douce. On y trouve pas mal de pouloutes, que j'ai conservés dans le fil, pour garder un petit côté rustique (et surtout parce que je ne voyais pas très bien comment faire pour les retirer).

Et pour les touches de couleurs à ajouter, j'avais justement une pelote d'un fil, que je trouve raté, question harmonie de nuances. Individuellement, je trouve chacune des fibres de cette pelote plutôt lumineuse, mais ensemble, elles ont un rendu un peu terne, triste, limite moche.  Alors, forcément, il a fallu que j'y mette d'autres couleurs pour illuminer tout ça.

SPA52203Vive les longs week-ends, mes deux bobines de blanche faites, j'ai gambergé un peu sur les couleurs que je pourrais ajouter (pas longtemps, des couleurs qui pètent, je n'en ai pas beaucoup en stock).

SPA52204

Et au bout du compte, j'ai un bel écheveau, qui n'a pas vraiment une gueule de tweed, mais tant pis. La technique n'est pas des plus simples, j'aurais pu faire avec une troisième main, mais l'idée est là pour une nouvelle expérience future avec des plages de couleurs moins longues et un peu plus régulères. Un jour, du tweed, je ferai !

SPA52206

Posté par eibhlin à 16:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2017

Zwartbles, Gotland et haricots verts

Zwartbles, peigné (mais rustique quand même) en retors à deux brins :

SPA52197

Rolags haricots verts (made by Mélanie), retordus au fil à coudre, que du bonheur :

 SPA52196

 Gotland, avec un peu de Finull (et p'têt des bouts venus d'autres moutons suédois) en fil tout seul. Selon sa provenance, très facile ou carrément épouvantable à travailler :

 

SPA52182  SPA52195

Posté par eibhlin à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2017

De A à Z, de la fibre au pull, rien qu'avec du temps et un peu de travail

D'abord, il y a eu cette découverte fin 2015 d'une fibre toute douce, venue de Mongolie, proposée par une association dans le but est de réintroduire les chevaux de Przewalski dans la steppe. C'est du bébé chameau, c'est long, c'est fin, c'est doux : un vrai bonheur à filer.

SPA51815

Ensuite, il y a eu comme une envie de me relancer dans un vrai tricot taille adulte. Un truc chaud, un truc doux avec un peu de relief pour emprisonner l'air.

Starmore, Lavold ? Finalement Mon choix s'est porté sur Lavold (juste parce que comme l'échantillon collait, ça m'évitait plein de calculs)

SPA52179   SPA52181

Je suis tombée en panne de fibres (parce que tellement je la trouvais belle, j'en ai offert à droite et à gauche), mais m'a copine Claire (qui en avait acheté aussi) m'a dépannée au dernier moment, ce qui m'a permis de faire mes manches.

SPA52180   SPA52178

Les coutures sont faites au crochet en Ouessant (vraiment, je n'avais plus du tout de chameau) et les variantes d'épaisseur de mon filage (pas toujours terriblement régulier d'un écheveau à l'autre) donnent un côté rustique que j'aime bien.
Et finalement, j'aime beaucoup l'erreur de sens de ma torsade sur le col. C'est la petite touche personnelle qui fait la différence.

Le pull est tout à fait portable, même s'il est un peu lourd. Je crois que je vais mettre un petit coup de fer sur les coutures (tout doucement, pas trop chaud et pattemouille obligée) pour les assouplir, puis je rentre les fils, avant de penser sérieusement à un prochain pull à torsades.

Posté par eibhlin à 19:55 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 octobre 2016

premier week-end d'octobre, il fait encore beau, j'en profite

Deux toisons d'Ouessant sorties de leur bidon et rincées, mises à aérer/rincer sur mes cagettes en plastique bleu. Elles passeront quelques jours, voire quelques semaines à évacuer tranquillement l'odeur avant que je finisse de les sécher (s'il y a besoin) dans le garage. Je n'ai plus de stock d'eau de pluie. Un nouveau bidon (plus gros) va prendre sa place sous la gouttière. C'est qu'il en faudra de la flotte pour rincer la suite.

Deux kilos de Zwartbles (merci Claire) qui prennent leur place (enfin techniquement : un kilo dans un bidon, le deuxième dans un autre, le volume total était trop important pour la soupe du premier bidon). Comme les jours ont raccourci et que ça s'est rafraîchi, on va laisser plus de temps à la fermentation du Zwartbles. Ca tombe bien, le bidon d'eau de pluie devrait avoir le temps de se remplir.

Quatre toisons blanches, récupérées la semaine dernière, mais dans leur jus de sac poubelle depuis juin. A l'ouverture des sacs, l'odeur est presque  problématique pour moi (je n'ose pas imaginer ce que ça serait pour quelqu'un d'autre). Le moisi, ça prend le nez ! Aucune idée de la race des moutons qui ont donné leur toison, quand j'ai posé la question on m'a répondu : "c'est du classique". Je décide de les trier. J'arrive à en "sauver" 100 ou 200g. Le reste pue vraiment trop le moisi, me semble décoloré (d'un jaune pisseux, tirant sur le brun pas beau), de manière irréversible, crotté, farci de débris de toute sorte. Alors, tous les rebuts s'en vont orner mon talus, entre les orties et les ronces. La nature fera son travail pour dégrader tout ça comme il faut et si elle prend son temps, on s'en fout. Là où je vis, personne n'ira mettre son nez dessus.
C'est dommage, la fibre me semblait assez longue, pas trop rèche, avec un joli "crimp". Les mèches "sauvées" s'en vont tremper dans deux mini-bacs de fermentation. On verra ce que ça donne plus tard. S'il faut relaver après, ça sera fait, la petite quantité de fibre le permettra.
Mais, étrangement cette fibre ressemble furieusement au petit sac de mèches de "toison mystère" que Claire m'a données avec le Zwartbles. Le crimp est le même, pas comme sur le Ouessant, même si sur certains Ouessant, il y a parfois des crimps vraiment marqués (d'après ce que j'ai lu, mais jamais vu).

Une toison d'Ouessant noire, sortie de son sac, petite et feutrée. Elle serait "rattrapable" pour moi, dans le sens où on pourrait la rendre filable avec un peu de travail. Mais, mon seuil de tolérance est plus faible que celui d'autres fileuses. Certaines, à qui j'ai envoyé des toisons "travaillables", m'ont répondu que pour elles, c'était irrécupérable.
Juste pour essayer, je colle cette toison dehors sur une table, j'enlève la crotte et les fibres plus longues et souillées, je trempe à l'eau, je savonne au liquide vaisselle, puis au savon (plein), je trempe, j'essore, je frotte, je trempe à nouveau, je refrotte et je ré-essore avec l'idée d'en faire un tapis. Au bout du compte, la flotte exprimée du rouleau de feutrage n'est plus brune mais claire. Je laisse dehors à sécher, puis je rentre le tout quand il commence à faire frais. Je ne suis pas sûre d'avoir obtenu quelque chose de souple pour les pieds, ni même de joli, mais on verra quand ce sera sec. Au pire, ça fera un tapis ou un grattoir pour les chats.

Il ne me reste plus de fibre à mettre à tremper avant l'hiver (si on excepte le petit sac de "toison mystère" de Claire).
Ma dernière toison d'Ouessant brute s'en va dès demain chez une feutrière amateure (sympa) qui est toute contente de pouvoir tester du brut.
Et de mon côté, j'ai déjà de quoi filer tout l'hiver (et plus) rien qu'avec le Ouessant déjà propre que j'ai traité. Je ne sais pas si je pourrais augmenter ma cadence de filage, surtout que j'ai d'autres choses, bien tentantes, à filer et des tricots en cours que je verrais bien avancer. Et que pour freiner tout ça, il y a le boulot et tous les autres engagements, associatifs et autres, que je n'ai pas lâché (et que je ne sais pas encore si j'ai envie de les lâcher).

Pas grave, on fera ce qu'on peut, comme on peut et on ne se prendra pas le chou pour autant !

Posté par eibhlin à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2016

ça fermente mieux quand il fait chaud

Enfin bon, quand je dis qu'il fait chaud, ça reste raisonnable.

Ici on est préservé, pas de grosse canicule comme ailleurs. Même les jours où on a eu vraiment chaud cet été, on a tout juste dépassé les 30°.

Il y a six jours, j'ai sorti mes toisons d'Ouessant noires du bidon bleu et avant d'en mettre deux autres dans la soupe odorante. J'ai rincé, remis sur cagettes, dehors. Depuis, ça se rince ou ca s'aère (en fonction de la météo). Je voudrais qu'il pleuve un peu pour que ça soit mieux rincé et aussi pour que mon bidon d'eau de pluie puisse se remplir. Ce soir il est à sec.

Parce que ce soir,  j'ai ouvert mon mini-bac de fermentation où quelques mèches de  Finull macéraient gentiment depuis le 9 août.

L'odeur était la bonne, juste bien comme il faut (ça poquait fort). J'ai sorti les mèches. La couleur de la soupe me semblait bonne aussi.

SPA52079  SPA52080

J'ai rincé (toujours à l'eau de pluie) puis mis à sécher.

Ca sent encore (c'est normal), mais encore mouillé, c'est tout doux, on dirait qu'il n'y a plus de gras et les mèches se détachent bien.

SPA52081  SPA52083 

Puis j'ai couvert d'une autre cagette (en ajoutant une pierre dessus, pour que ça ne parte pas avec le vent, parce qu'ici, du vent, il y en a !).

Et pour continuer à tirer toutes les vertus de la soupe, j'y ai remis les quelques mèches de Finull/Gotland qui me restaient.

SPA52084  SPA52082

J'ai hâte que toutes cette fibre exotique soit lavée, peignée, cardée ou écharpillée (j'aviserai le moment voulu), pour pouvoir la filer.

 

Posté par eibhlin à 18:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 août 2016

Le gris Gotland c'est beau !

Pour l'échange trio de Tricotin, Marie Minuit m'avait envoyé un petit bout de toison de ce joli mouton gris, originaire de Suède (enfin, si j'ai bien tout compris) - il y avait aussi d'autres choses à tomber dans son colis, mais je reste focalisée pour ce message (je raconterai le reste plus tard, peut-être).

Les couleurs des mèches de Gotland de Marie étaient à tomber, avec une texture plus qu'intéressante, mais à vue de nez, mes doigts ou la cardeuse ne risquaient pas de réussir à déméler des parties sacrément compactes, présentant néanmoins un potentiel plus que filable. Qu'à celà ne tienne, me suis acheté des mini peignes (à une seule rangée, puisqu'il paraît que c'est ce qu'il faut pour les races rustiques) et j'ai rajouté à mon achat 100g de la même fibre de Gotland (aux mêmes nuances et là encore, semble-t-il tout aussi impossibles à déméler à la cardeuse ou juste avec les doigts). Les fibres que j'ai acheté en sus étaient propres, mais sentaient beaucoup plus la bête que le petit bout que Marie m'avait envoyé. Ca ne m'a pas dérangée plus que ça. Le mouton peut sentir fort, mais sauf pour les parties qui sentent la crotte et un peu la pisse qu'on élimine en triant les toisons, c'est  tout à fait supportable.

(sur les photos : un bout de fibres brutes et mes peignes)

SPA52069   SPA52070

Si on utilise les peignes comme recommandé par la plupart des tutos et vidéos sur le peignage et qu'on veut ne garder que le plus long et le plus lisse, la perte est énorme. Volontairement, j'ai gardé des morceaux qui seraient sans doute parties en déchet, parce que je veux un fil rustique.

Je me suis fait un nuage, plutôt que d'essayer de faire un ruban au diz (de toute manière, les rubans, j'ai l'impression que je les file mieux dans le pli, alors pourquoi s'embêter à faire un pré-fil, hein, je vous le demande ?).

SPA52072

Et là-dessus, une autre copine m'envoie du brut pas lavé, en provenance directe de Suède (du Gotland et du Finull, autre ovin de par là-bas).

SPA52076Ma doué, que c'est  doux, que c'est beau et prometteur. Evidemment, comme ça n'est pas lavé, c'est gras et  ça sent fort. Mais, ça doit être atavique, le mouton n'a jamais été un prédateur de l'homme. Alors même quand l'odeur est pregnante, non seulement on s'habitue vite, mais on finit par se trouver bien dedans (la personne avec qui je vis n'est pas convaincue, mais c'est sans doute parce qu'elle ne file pas). Ceci dit, je ne me vois pas filer ceci sans laver.

Et hop, une mini-cuve de fermentation pour y mettre du Finull (environ la moitié de ce que j'ai reçu). De l'eau mélangée à un peu de percarbonate de soude (je me demande si c'est vraiment utile, mais bon, puisque j'en ai, j'en mets, mais pas beaucoup). On pose le couvercle sur la boîte, on ferme bien et on pose la boîte sur le bidon où d'autres toisons trempent déjà.

SPA52077

Il y a du soleil, ça devrait chauffer juste ce qu'il faut, j'ouvrirai d'ici une petite semaine.

 

Posté par eibhlin à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2016

C'est l'heure de la soupe !

Le lavage par fermentation a fait récemment l'objet d'expérimentations chez d'autres fileuses-laveuses-de-toisons. Il en ressort que c'est d'enfer pour le Ouessant (ce que je confirme) et pour les autres races rustiques, mais par contre pour les races comme le mérinos, ça rend la fibre grise et cassante (trop de lanoline ?). Enfin bon, on me dit aussi que c'est très bien pour la solognote et la bleue du Maine. Je retiens au cas où je mettrais un jour la main sur du poil de ces bêtes-là.

Donc aujourd'hui, j'avais deux toisons qui trempaient joyeusement dans leur bidon depuis le 26 juin. Ca fait plus de 21 jours, durée préconisée par les experts, mais j'aurais sans doute pu les laisser faire leur affaire toutes seules pendant deux ou trois semaines de plus. Oui mais... D'autres toisons attendaient leur tour.

J'ai jeté mon dévolu sur ces deux toisons de brebis, venue de chez une copine à Ploum' et récupérées mi-juin.

SPA51977

Belles nuances, pas beaucoup de recoupes, très peu de débris végétaux. En à peine une heure, le tri était fait. Il n'y avait plus qu'à ouvrir le bidon, sortir le contenu de la macération et le remplacer par ces deux toisons-ci. Ma soupe avait une bien belle couleur et l'odeur qu'il fallait. Finalement, c'est un peu comme un purin d'orties, mais en version animale.

SPA52062  SPA52061

Une fois les jolies toisons noires dans le bidon, je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas assez de soupe pour tout couvrir. Qu'à cela ne tienne, j'ai rajouté de l'eau de pluie. Ensuite, il n'y avait plus qu'à rincer les morceaux de jolies toisons noisette, pour qu'elles reprennent les même couleurs que sur la photo postée le 26 juin.

SPA52064  SPA52063

Je me suis retrouvée un peu juste en eau de pluie, mais tout a été rincé au moins une fois avant d'être réparti sur mes cagettes de champignon retournées et laissées au soleil. Je compte sur la pluie qu'il devrait y avoir cette semaine pour parfaire le rinçage. Si ça poque trop, je re-rincerai une fois que mon bidon d'eau de pluie sera suffisamment rempli. Quoiqu'il en soit, je lave mes écheveaux une fois filés, histoire d'être sûre que la crasse restante s'en aille ailleurs.

Posté par eibhlin à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2016

Tour de fleece : bilan

Je suis très contente d'avoir participé, j'ai appris des choses et j'ai vu des fils à tomber chez les autres participantes.

Mon oeil s'est affûté, mes doigts sont devenus plus précis et tout ce qui a été filé pendant ces trois semaines entrera dans un projet ou plusieurs. J'ai eu une très belle surprise avec le poil de chat. Malgré le boulot que ça demande, je suis prête à refaire (à condition que ça soit aussi doux). C'est chouette. Mais en attendant, je n'ai pas tricoté du tout, je n'ai pas désherbé la cour, ni fait un certain nombre de choses sans rapport avec le filage pourtant à faire. J'arrive à la fin de mes vacances, il va falloir que laisse un peu le rouet de côté et que je carbure pour tout le reste. Ah et il faut aussi que je prépare mon cadeau pour la fileuse qu'il a fallu que je tire au sort parmi toutes celles du groupe qui m'ont vraiment impressionnée (presque toutes en fait). Je crois que je suis à la bourre...

SPA52052

Poids total de fibre filée pendant le tour : 693g (je suis une petite joueuse).
Métrage total des écheveaux terminés : 1263,34m (je crois que c'est pas mal du tout pour moi).

Mes objectifs sont atteints, je n'ai pas de fil tout seul à montrer, mais c'est pas grave, j'en ferai plus tard. Je n'ai pas non plus fait assez pour un seul pull, mais j'ai complété ce qu'il me faudra pour en faire plusieurs. Et varier les fibres m'a permis de ne pas me lasser.

Posté par eibhlin à 11:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Tour de fleece, c'est parti !

Me suis inscrite dans l'équipe Tricot&Co sur ravelry, avec des objectifs plutôt modérés.

Parce que je me suis dit que ça serait plus simple à mettre à jour, tout sera dans le même message, modifié au jour le jour.

Et si vous ne savez pas ce qu'est le Tour de fleece, Mélanie l'a très bien expliqué l'année dernière.

Objectifs de cette année : Filer un peu tous les jours, écouler mon stock et faire assez d’un joli fil naturel uni pour un beau tricot Aran
Fibre : du lin, de la ramie, du chameau, du Ouessant (plein de Ouessant)
Technique ou préparation à essayer : du tout seul et du retors
Cadeau : Au moins 100g de Ouessant, que j’aurais préparé pour qu’il soit prêt à filer facilement. Attribué par mes soins à celle qui aura fait quelque chose qui m’impressionne vraiment (ou alors, attribué par mon tirage au sort, parmi tous les trucs qui m’impressionneront, parce que je sais déjà qu’il y en aura plein).

2 juillet

démarrage en douceur : du Ouessant écru à écharpiller avant de le filer puis de le retordre en navajo (retors chaînette). Mon gilet modulaire tricoté n'a pas beaucoup bougé, il me faudra de toute manière pas mal de fil pour le finir, dont de l'écru...

SPA51969 SPA51970

A 22h30, je suis arrivée au bout d'un petit retors navajo.
57g pour 75,05m.

Bon j'ai triché un peu, il y avait déjà un petit peu de nuage filé en tout seul sur la bobine

Il me reste à le laver.
J'attendrai pour ça d'avoir d'autres bobines pleines

SPA51973

3 juillet

aujourd'hui, ça sera chameau, tout fin, tout fin, sur un fuseau traditionnel plutôt lourd (90g quand il est vide).

Demain, j'aurais moins de temps libre qu'aujourd'hui, j'avancerai un peu là-dessus (mais sans doute pas beaucoup).

Bébé chameau sur un fuseau traditionnel

SPA51983

4 juillet

pas de quoi mettre une photo qui montre la différence avec la production d'hier. Juste quelques mètres de plus, mais j'ai l'impression que je deviens plus rapide et ça reste pas mal régulier.

5 juillet

on en rajoute un peu sur le fuseau, on en fait une petite pelote sur la bobineuse et hop, un retors andin au rouet, environ 56,50m pour 18g. Je ne sais pas si ça nous fait une épaisseur "lace" ou "fingering", mais pour être honnête, ça ne m'importe pas vraiment. Je suis assez contente de moi.
Je vais devenir une pro du retors andin et mon fuseau que je trouvais vraiment difficile, quand j'ai commencé à jouer avec, me plaît de plus en plus.
Demain, je tâche de mettre un peu d'ordre dans ce qu'il faut que j'emmène au festival et soit je continue dans le Ouessant, soit je sors la cardeuse. Ca sera en fonction de l'humeur.

SPA51987   SPA51988

6 juillet

finalement, j'ai continué le bébé chameau, mais au rouet, avec un fil bien plus épais. J'ai fini la première bobine en fin de matinée, attaqué la deuxième dans l'après-midi, mais je ne sais pas si je pourrais faire des photos avant la nuit. Au pire, ça sera demain, avec en prime la photo du retors à deux brins qui suivra, probablement dans la journée.

7 juillet

tranquillement, après un réveil en douceur et quelques tasses de café, on finit la bobine à remplir. On colle les deux bobines sur le cantre, on sort l'épinglier jumbo, au cas où ma troisième bobine standard déborderait et on pédale dans l'autre sens. Résultat : un écheveau assez doux qui se prêtera bien à un pull de style Aran, à vue de nez, tricoté en 4.

104g, 147,25m.

SPA51994  SPA52000

Je ne savais pas encore (quand j'ai mis à jour le message ce matin), si j'allais avoir le temps de remettre un nouveau fil sur la bobine aujourd'hui.

Et bien si, c'est chose faite. Après avoir ouvert un sac de merveilles de petits bouts de fils triés par nuances (merci Françoise !), descendu la cardeuse et joué les américaines qui postent sur youtube - et cachent une masse musculaire impressionnante sous leur petite (mais pas systématique) surcharge pondérale, pour faire des rotations de rouleaux d'haltérophiles - j'ai sorti deux nappes, dans les tons verts. 

Bébète, ma voisine et copine dirait encore que ma cardeuse ne mérite pas un aussi mauvais traitement, mais ça défoule, ça fait du bien et le résultat me semble prometteur. Demain, je finis le filage et je fais voir le retors.

8 juillet

bilan de la fin d'après-midi d'hier et d'une petite matinée de pédalage. Trois petits bols pour montrer le résultat de trois étapes de recyclages de bouts de fils divers et variés. Ils seront sur le stand que Kanisha et moi tiendrons dès demain au festival de Commana, histoire de faire voir (et toucher) qu'on peut faire un fil pas trop moche avec des choses qui seraient normalement parties à la poubelle.

SPA52004   SPA52005

Au contact, c'est surtout, voire uniquement de l'acrylique. Le retors est fait au fil à coudre noir. C'est un peu brillant, ni rèche, ni extrèmement doux. Je le verrais plutôt dans un tissage décoratif que dans quelque chose à porter. Le petit écheveau fait 41g, 72,50m. J'aurais pu en faire plus, mais ça n'aurait pas été prêt pour le festival et il me reste encore à préparer pas mal de choses avant de décoller pour les monts d'Arrée, tôt demain matin.

9 & 10 juillet

Week-end plus que sympathique à Commana. Kanisha avait ramené trois moutons et à nous deux, nous avons animé un stand, dont le propos essentiel était de montrer qu'on peut faire des choses assez incroyables avec les toisons des tout petits moutons d'Ouessant. Pas la peine d'aller jusqu'en Australie pour trouver des fibres fines et douces qui se prêtent à tout ce qu'on veut.

SPA52012

Les gens se sont succédés autour de nous, tous sympathiques, tous curieux. Non seulement, il y avait des fileuses, tricoteuses, crocheteuses, tisserandes, aguerries, mais aussi du public, local ou un peu moins, juste désireux d'en savoir plus. Un vrai succès !

Les après-midi, nous étions programmées pour montrer comment on trie une toison, avant de la laver. L'idée était de partir de la toison qui était tondue sur place, aux forces. La toison du samedi était douce, mais on ne pouvait en garder que très peu. Celle du dimanche par contre était un petit bloc compact, feutré, irrécupérable. Heureusement, nous avions prévu des toisons de notre côté. Les gens ont pu voir, mettre les mains dedans, humer, trier et découvrir. Je crois que ça a plu.

Sans Kanisha, tout aurait été nettement moins joli sur le stand. Nous avons été si sollicitées, occupées à répondre à des questions diverses pendant ces deux jours, que nous n'avons pas pu voir grand-chose d'autre du festival. J'ai raté les essais d'autres rouets (alors que j'avais prévu d'en profiter), l'étape du tour de fleece, les explications des gens de la filière lin et quasiment tout le reste.

Mais je suis malgré tout très contente d'avoir pu participer à cette première édition d'un festival breton. J'en garderai un excellent souvenir de personnes croisées parfois depuis un bon bout de temps sur les forums, avec qui on échange une foule d'idées et qu'on rencontre enfin en vrai, pour découvrir avec plaisir qu'on partage encore plus de choses que ce qu'on pensait.

SPA52010 SPA52011

SPA52009

11 juillet

en matière de Tour de fleece, pour moi les deux derniers jours étaient hors course, j'ai filé, mais surtout des petits bouts, pour faire voir comment on fait, aidé certains à tenir un fuseau et à comprendre le principe, voire le geste. Aujourd'hui, c'est repos officiel sur le tour. Ca tombe bien. J'ai besoin de récupérer un peu.

12 juillet

étape de montagne, même si je ne l'avais pas vraiment mise au programme quand je me suis inscrite.

Ce matin, avant d'attaquer l'étape du jour, en me décidant à ranger les écheveaux, pelotes et bidules-trucs toujours dans des cagettes au retour du festival,  je suis tombée sur un petit paquet de poils de chats que Kanisha m'avait amenée pour la démo, mais qu'on avait même pas eu le temps de sortir. C'est en remballant tout le dimanche soir qu'elle a retrouvé quelques sachets, avec du caniche, du chat et d'autres choses. J'ai touché le poil de chat et je lui ai dit que je le prenais, parce que contrairement aux poils de mon chat à moi, que j'ai filé pour rire avant le festival, c'est vraiment très très doux et un peu plus long aussi. Mes doigts ont tout de suite plongé dedans. Le fait d'avoir vu la bête en photo avant m'avait déjà fait envie, mais c'est le contact qui m'a fait prendre ce petit sac, juste au cas où, un jour... Tu parles, Charles ! A peine j'ai retouché ce matin, à peine je me suis mise à faire un petit nuage aéré de toute cette fibre.

Dans l'ordre des photos : la chatte qui a bien voulu laisser partir une partie de ses poils et le paquet de poils que j'ai ramené chez moi, avant écharpillage.

le_chat  SPA52016

Au bout d'un peu plus de 4 ou 5 heures (étalées dans la journée, c'est bien les vacances), j'en ai fait une bobine.
Je l'avais lu, je le savais pour avoir testé, mais le chat, ça feutre en moins de deux. L'écharpillage m'a pris presque autant de temps que tout le filage. J'ai alterné les deux pour ne pas me lasser.
De la bobine, j'ai fait une pelote.

SPA52019  SPA52022

Et de la pelote, j'ai fait un retour andin, en galérant un peu (il faut le dire, parce que même quand il est déjà en fil, le chat s'agglomère avec lui-même plus vite que son ombre et quand ça part en vrille, il faut rester patient pour détortiller tous les tortillons avant de pouvoir tirer à nouveau le fil qui sort de la pelote.

J'en ai 10g (je ne pouvais pas tirer plus du paquet que j'avais) pour environ 31,30m.

SPA52024

C'est d'une incroyable douceur, un peu vaporeux certes (mais nettement moins que les poils de chien et de chat que j'ai filé auparavant). Et si ça n'était pas aussi long comme processus, j'en ferai bien plus.
Moralité : le chat oui, mais à condition que ça soit du persan, du maine coon, du rag doll ou tout autre félin présentant des poils aussi doux et aussi longs et à condition aussi qu'on ne soit vraiment pas pressé du tout (et pourtant tout ceci a été fait au rouet).

13 juillet

petite journée pour le travail de la fibre, juste de l'écharpillage d'Ouessant. La photo, si je l'avais prise, serait presque identique à celle du 2 juillet.

14 juillet

petit écheveau de Ouessant blanc : 45m, 28g et juste à côté le mini écheveau toujours en Ouessant, que j'ai fait dimanche dernier au festival, juste pour montrer à Gypsy comment on faisait : 18m, 14g. Je crois suis sûre que filer du blanc et que du blanc m'ennuie un peu. Demain, ce sera tout sauf du blanc.

SPA52025

15 juillet

Fée d'automne m'a fait il y a quelques semaines une nappe superbe, faite de mouton à poil long, de viscose noire et de soie blanche. Une tuerie, toute facile à filer tellement tout est doux et aligné dans le bon sens. Je voulais de la couleur, je l'ai filée.

SPA52028

16 juillet

Cette nappe de Fée, c'est 120g de bonheur que je continue à travailler, en me coupant des nouvelles du vrai monde autour, du voyeurisme indécent de pseudo-journalistes voulant faire du sensationnel, des polémiques stériles de dirigeants résolumment à côté de la plaque, des discours des experts qui en savent moins que moi et autres nouvelles affligeantes.

 

SPA52029

 

Demain, je retords !

17 juillet

retors tout simple, à deux brins. Je ne suis jamais vraiment sûre de mes métrages, mais là j'ai recompté le nombre de tours sur mon bel échevaudoir de 1,86m d'envergure, en rajoutant la longueur du bout de fil qui ne faisait pas un tour complet : j'arrive à 120g, 338m.

 

SPA52034

18 juillet

petite virée dans le luxe absolu : une tresse de l'Atelier du chat noir, qui m'a été revendue par Claire des Bruyères.

Premier constat : le luxe absolu sent le patchouli plein pot. Je ne déteste pas, mais je me demande qui, de Claire ou de Christie, a pu parfumer la tresse de cette manière. Je suis quasiment sûre que les mites n'aiment pas. Mais, étrangement, ça me ramène dans les années 70, quand une de mes soeurs aînées s'aspergeait copieusement de la chose. Ca fait comme une interférence avec mon idée du luxe absolu.

Deuxième constat : il faut étirer la tresse après avoir défait plusieurs mailles. Ca doit être un truc avec les tresses, j'ai ressenti la même chose avec une chaînette pure shetland venue du pays de Galles. Moralité : je crois que je préfère les nappes aux tresses. Avec une nappe, on peut attaquer tout de suite.

Troisième constat : le mélange wensleydale + soie est tellement bien mélangé qu'on se demande en le filant si ça n'est pas que de la soie. J'en déduis que le wensleydale offre une fibre bien longue. Du coup, on est finalement pas mal dans le luxe absolu, malgré le patchouli.

Filage en quasi étirage par l'avant (long draw), retors avec un fil à coudre bleu roi. Si j'avais laissé le fil tout seul, il aurait manqué de "oumpf" et aurait eu un côté presque barbie que je je ne saurais sans doute pas marier à autre chose.

SPA52036  SPA52037

102g, 231m

19 juillet

jour de repos pour le tour, jour de canicule par ici. Enfermée à l'ombre, avant de faire des courants d'air, partout dans la maison, je me suis liquéfiée, j'ai bu de l'eau et j'ai juste écharpillé un peu de blanc. Avec la lampe, il avait l'air moins blanc, c'était moins lassant que d'habitude. Et du blanc, il m'en faudra encore pour finir mon gilet. Pas de photo qui vaille la peine d'être montrée, un nuage d'Ouessant ressemble presque toujours à un nuage d'Ouessant. Demain, les températures devraient redevenir plus normales. Je filerai sans doute du blanc et peut-être autre chose.

20 juillet

le blanc, comme prévu, avec l'apparition d'un paquet de noeuds (pas prévu par contre), la résolution du paquet de noeud et un nouveau retors navajo.

SPA52040

40g, 41,30m.

Sauf si je me suis complètement plantée pour le métrage des autres, on pourrait croire que c'est vraiment complètement irrégulier et un peu n'importe quoi, sauf que mes trois écheveaux d'Ouessant blanc ont à peu près le même aspect et que je sais déjà que le tricot pardonnera tout !

21 juillet

parce qu'après le blanc, il me faut de la couleur (pour éviter la dépression), j'ai repris le lin, le coton et la ramie pour compléter ma collec' de l'année dernière. Une deuxième bobine est en cours avec de la ramie indigo, pour le retors. Suis contente, je n'ai pas perdu la main, mes épaisseurs semblent correctes, ça devrait le faire. Et je trouve la chose plutôt agréable à filer.

SPA52048  SPA52049

Avec le stock qui me reste, je devrais avoir de quoi en faire encore deux autres comme ça, peut-être même trois : assez pour un gilet j'imagine.

22 juillet

retors terminé. J'aime ce fil ! Comme je n'ai pas entièrement vidé ma bobine de ramie, je vais peut-être continuer à en faire un peu plus d'ici dimanche.
Et si j'ai le temps aujourd'hui, je m'en vais trier une ou deux toisons. J'en ai encore quelques-unes qui attendent patiemment dans leur sac poubelle.

SPA52050

110g, 161,54m

23 juillet

dernière ligne droite. Demain, c'est l'arrivée. Naturellement, je me mets en queue de peloton. Par nature, je ne suis pas pressée et la plupart des choses que j'ai fait pour ce tour devront être complétées (sans doute à un rythme moins soutenu). J'ai mis sur la bobine un nouveau fil d'Ouessant noisette et je me suis retrouvée rassurée. C'est le blanc qui me fatigue, pas le Ouessant. Pas de photo. L'écheveau aura le même aspect que celui que je fais voir sur la photo du 14 juillet.

24 juillet

j'aurais pu mettre plus de fil tout seul sur la bobine, mais j'avais envie d'avoir un truc fini pour le dernier jour. C'est donc un petit écheveau qui va rejoindre ceux qui attendent d'être lavés, puis d'être tricotés.

SPA52051

49g, 45,90m

Posté par eibhlin à 11:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2016

Premier tri de l'année : deux petites toisons d'Ouessant

Ces deux toisons viennent de Pont de Buis, avec une jolie couleur noisette qui donne de belles variantes dans la laine filée.

SPA51942  SPA51940

Au bout d'un peu plus de deux heures, assise par terre dans l'herbe, j'ai fini.

SPA51957

En haut à droite, les recoupes, mises de côté pour ma copine Bébète, qui a bien envie de tester ces petits morceaux dans ses feutrages.
Les recoupes, c'est filable, mais comme disait je-ne-sais-plus-qui : filer des recoupes, ça n'est plus du filage, c'est du sport. Et j'ajoute qu'un fil de recoupes est moins beau qu'un fil fait avec les longues fibres venues des mêmes bêtes.

En haut à gauche, ce qui est déjà parti dans le compost : débris végétaux, mousse et petits insectes bien morts, morceaux trop feutrés, trop rugueux, trop crottés, parties arrières des pattes et du pourtour de l'appareil à déjections.

En bas, ce que je garde et qui est déjà mis à tremper dans un bidon bleu avec de l'eau de pluie et une petite poignée de percarbonate de soude, bien diluée dans l'eau. Le bidon est fermé hermétiquement, mis contre un mur recevant du soleil dans la journée (quand il y en a). J'ouvrirai dans une dizaine de jours pour rincer (voire plus, si le temps reste trop au gris et que les températures ne montent pas un peu).

Et cet après-midi, je m'en vais récupérer d'autres toisons d'Ouessant, du côté de Plouarzel. En fonction de la quantité que je vais récupérer, j'organiserai peut-être un trafic, comme l'année dernière, histoire d'en faire profiter d'autres fileuses.

Posté par eibhlin à 13:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2016

Avec ce que les copines du Tuk Tuk m'ont donné, j'ai fait tourner la cardeuse

Une multitude de petits restes, trois catalogues BdF et des petits bouts de fils, trop courts pour être intégrés dans un tricot, de la couleur, des matières diverses et variées (et dans le lot, sans doute trop de synthétique pour qu'on puisse imaginer les recycler en feutrage).

Un peu plus de 80g de fibres, passées et repassées à la cardeuse, en tâchant de garder des petits morceaux de couleurs bien différenciées.

Marrant : comme pour ma première nappe de restachous, la couleur dominante tire sur le violet.

SPA51947

Et une fois filé, retordu avec un fil de coton bleu, ça nous donne 94g et 9550cm de fil (pas loin de 100m donc).

SPA51955

Dès demain, je m'en vais soumettre l'écheveau à la validation de mes copines du Tuk Tuk. Si les fibrophiles valident l'esthétique et l'intérêt du fil, il sera ajouté aux lots de la tombola prévue à Commana pour le méga-festival-de-oufs-que-ça-va-être-vraiment-bien mi juillet.

Posté par eibhlin à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juin 2016

Cet été, à Commana...

Les 9 et 10 juillet 2016, une belle fête en perspective !

Petit à petit, les choses se précisent. Les préparatifs avancent. Avec d'autres, je suis plein pot dedans et je me fais déjà une joie de voir certaines personnes en vrai et de partager plein d'idées, d'astuces, de fibres et de sourires. Je retourne à mes ouvrages...

Flyer_lesfibrophiles_a5_web-page-001 Flyer_lesfibrophiles_a5_web-page-002

Posté par eibhlin à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 juin 2016

Et toi, tu la prépares comment ta fibre d'Ouessant ?

La question est venue sur le tapis lors d'une conversation avec Kanisha (en ce moment trop occupée avec les agnelages et les tontes qui ont démarré, pour alimenter son blog). Les toisons, je les trie, puis je les mets tranquillement à fermenter. Une fois rincées et sèches, elles se présentent en morceaux, un peu trop compacts à mon goût pour les filer facilement.

SPA51936

Au début, je passais tout à la cardeuse, mais je me suis rendue compte que le résultat me satisfaisait mieux en écharpillant les morceaux entre mes doigts. Ca m'évite un certain nombre de bouboules (nepps chez les anglo-saxons) un peu plus fastidieuses à filer, mais ça n'est pas plus rapide qu'avec une cardeuse.

Donc, avec mes doigts, je prends ça :
SPA51937

Pour en faire ça :
SPA51938

Et je n'ai plus qu'à filer le nuage.

Ensuite, c'est le filage qui détermine l'aspect du fil. Tant qu'on peut en faire quelque chose, ça me va, mais j'ai une très nette préférence pour le fin, voire le tout fin, même si c'est plus long à faire.

Avec du moyen et du presque fin, je me suis fait deux petits bonnets. Le premier est un tychus tout en Ouessant et d'une simplicité enfantine à tricoter. Il n'est pas des plus doux, mais tient bien chaud aux oreilles. Le deuxième n'a qu'une torsade en Ouessant, histoire d'utiliser la seule pelote que j'avais filée avec cette épaisseur-là. On dirait un peu un bonnet d'apprentie sorcière. J'ai piquée l'idée du do-it-yourself hat de Robbyn Kenyon pour le faire à ma sauce.

SPA51933

Posté par eibhlin à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mai 2016

Elcoeda, t'es ma copine !

J'ai succombé et je me suis inscrite à l'échange trio 2016 sur tricotin. L'idée, c'est qu'on prépare 100g de fibres sous forme d'une nappe ou d'autre chose, pour les envoyer ensuite à une fileuse (bon, je crois qu'il y a un fileur dans le lot, mais on va faire comme au XVIIe siècle et faire accorder la grammaire à la majorité), qui à son tour enverra le résultat de son filage à une autre fileuse. L'échange est en aveugle, le colis doit être prêt avant qu'on sache à qui on va l'envoyer. J'ai eu jusqu'au 20 avril pour préparer mes 100g de fibres, mais un emploi du temps chargé. Dès le premier week-end de mars, j'ai sorti la cardeuse, mes sacs de fibre et j'ai joué et joué et rejoué, parce que j'ai eu le nez de filer mes premières concontions (et franchement, c'était pas concluant).

Mon colis est parti dans les temps chez Lolatralala. Elle fait des choses à tomber, je ne sais pas si elle aimera, mais je la sais indulgente.

Et aujourd'hui, j'ai enfin ouvert mon colis qui attendait sagement la date prévue dans un placard (parce que oui, j'ai tenu bon et je ne l'ai pas ouvert avant aujourd'hui). Je me suis levée et comme une gamine, les yeux encore endormis, avant même mon café, j'ai déballé ce qu'Elcoeda m'avait concocté.

SPA51905

Un petit carnet, des anneaux marqueurs (justement, je n'en ai pas et j'ai un vague projet dentelle pour lequel ils m'aideront beaucoup), des perles en forme de feuille, un rouleau de scotch de luxe et une carte dont le texte me touche beaucoup. On sent toute l'attention et la considération qui a été mise dans la préparation de ce carton. Ca met plein de soleil dans ma journée. Je suis aux anges.

Les tresses bleues sont celles que je vais devoir filer pour les envoyer à quelqu'un d'autre. Et les autres fibres ne sont rien que pour moi. Le tout teint maison et tout doux. Ca me donne envie de me mettre à la teinture. J'aime toutes ces couleurs ! Et je gamberge déjà à comment filer cette tresse si bleue, si calme et pourtant pleine d'une énergie rentrée que j'ai bien l'intention de réussir à mettre en valeur. 

 

Posté par eibhlin à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2016

Fractal spinning et recyclage de bouts de fils

Sur tricotin, Marie (Rue de la Laine) propose tous les mois un thème. En avril c'était "fractal spinning", un truc à la mode chez les yankis qui permet d'associer des couleurs de manière plutôt intéressante. Comme souvent, il faut m'expliquer longtemps pour que je comprenne, mais le potentiel de la méthode me plaisait trop pour que je ne fasse pas l'effort. Alors j'ai cherché et avec les petits dessins et les commentaires de groupes de fileuses anglophones, j'ai enfin saisi le principe et glâné au passage d'autres idées, pour d'autres associations futures.

Spinning Hand Dyed Yarn | SweetGeorgia Yarns

There is a magic about handspun yarn from hand-dyed fibre. The way each colour morphs and blends into the next in a single, and how the colours are scattered and recombined through plying. It's for spinners who love and appreciate the fine, nuanced way that colours transform in the spinning process.

http://sweetgeorgiayarns.com

J'avais en stock des couleurs acidulées. J'en ai choisi 8. Je les ai divisées en deux, puis j'ai filé à la suite une demie mèche de chaque couleur. Les demies-mèches restantes ont chacune été divisées en 24. Il ne me restait plus qu'à filer ces 24e de mèches à la suite, dans le même ordre. Ca n'est pas vraiment compliqué à faire et c'est plutôt rigolo. La fibre est gonflante, aérée, le fil devrait être agréable à travailler.

Si j'avais été rigoureuse dans mes séparations (en pesant la fibre par exemple) et si j'avais été un peu plus régulière dans le filage, je n'aurais pas eu ce  reste sur ma première bobine. Mais bon, c'est la rançon de faire les choses à la louche et ce tout petit métrage n'est pas perdu pour autant...

SPA51894    SPA51897

Et voici ce que j'en ai fait : un écheveau de 75g pour 187m (j'étais tellement contente que j'ai mesuré).

Je pensais que ça ferait des chaussettes, ou plus probablement des parties de chaussettes, parce que ces couleurs ensemble ne me ressemblent pas du tout. Mais, là-dessus Fée d'automne me dit qu'elle aime bien les notes de cet écheveau. Et comme j'aime ce qu'elle produit de ses doigts de fée, hop, le fil est collé dans une enveloppe à bulles et s'en va vers la Belgique.

SPA51896

Et puis, j'ai eu l'idée un peu dingue de faire passer à la cardeuse plein de petits morceaux de fils divers et variés.

Il a fallu passer le paquet plusieurs fois dans les rouleaux, pour que ça donne quelque chose de filable.

Là, ça me plaît bien, malgré le côté fantaisie.

SPA51884    SPA51885

Alors, je lance un appel pour récupérer tous les bouts de fils joints aux catalogues papier des 3 Suisses ou Bergère de France et les petits restes qu'on finit toujours par jeter, faute de leur trouver une utilité.

Et je découvre que d'autres ont eu la même idée ;-)

mitaines avec laine filée main

Une pincée de laine récupérée dans les catalogues de laine Passage à la cardeuse voici ce que je vais filer sur mon country j'obtiens 65 g mais j'ai rajouté des morceaux de soie que ma fille avait trouvés à Londres dans le quartier indien tricot avec aiguilles n°7 et la tige réalisée en laine...

http://lainesribouldingues.wordpress.com

 

Posté par eibhlin à 19:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2016

Ne soyons pas pressé (multiples de trois : suite)

Il avance mon multiple de trois. Je suis à nouveau en panne de blanc, mais je peux quand même ajouter des petits bouts ici ou là.

Sans le mannequin, je crois bien que j'aurais renoncé, surtout que je persiste à ne rien vraiment calculer, ni trop prévoir à l'avance. Donc forcément, certaines tentatives sont défaites à peine tricotées. D'ailleurs, je me demande si le gros triangle de blanc n'est pas un peu trop gros et s'il ne faudrait pas que je le défasse...

Enfin, c'est décidé, ce sera un gilet, avec fermeture éclair et, si j'y arrive, poches et capuche. Mais, ce qui est sûr, c'est que ça va me demander quelques mois encore. Ca ne me dérange pas plus que ça. Au bout du compte, j'ai envie que la chose me plaise et soit portable.

SPA51898

Posté par eibhlin à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2016

A la va-comme-je-te-pousse (multiples de trois : suite)

Ayant lu quelque part sur ravelry que sur le modèle, il y avait un problème de calcul, je me suis dit que j'allais m'abstenir de le suivre (super excuse, n'est-il pas ?).

Oui, mais à force de poser le tricot puis de le reprendre, de filer une petite pelote ou deux, de cesser de prendre des notes, je ne savais pas forcément où j'en étais dans mon avancée et mes semblants de calcul, ce qui ne m'a pas empêché de coninuer complètement au pif, en ajoutant des quartiers pas forcément de même taille aux précédents.


SPA51888
Quand je me suis enfin décidée à mesurer, j'ai compris que ce truc était beaucoup trop grand pour devenir un dos (ou toute autre partie d'un pull), même pour une personne mesurant deux mètres cinquante, sauf peut-être, si je lui faisais des petits bras tout malingres. Pas terrible, surtout que je n'ai personne dans mon entourage dont la morphologie aurait pu correspondre. J'aurais pu continuer et en faire une couverture, mais ça n'était pas le projet de départ.

Pas grave : j'ai défait...
Puis j'ai gambergé... puis j'ai ajouté des petits bouts... puis j'ai redéfait les petits bouts et un peu du reste... puis j'ai sorti le mètre ruban, un papier, un stylo et la calculatrice... puis j'ai ajouté des bouts... puis j'ai défait les nouveaux bouts... puis je me suis dit que je n'avais pas la bonne approche... puis je me suis dit que j'allais peut-être laisser tomber, tout redéfaire et recommencer avec une construction plus simple.

Ah, mais non. C'est qu'elle me plaît bien cette partie centrale et comme ce projet est dûment inscrit au KAL "netedecouvrespasdunfilémain", je ne pouvais pas laisser pas tomber. J'ai d'abord eu l'idée de me faire un patron en papier journal pour pouvoir m'assurer que chaque nouveau module ne risquait pas de sortir du cadre. Sauf que l'idée d'épingler régulièrement un tricot sur un journal ne me plaisait qu'à moitié...

Alors j'ai demandé de l'aide autour de moi. Grâce à l'âme charitable qui a bien voulu passer presque une heure à m'entourer de scotch de déménagement, je me suis fait un mannequin à mes mesures, comme expliqué dans une foule de tuto, dont celui-ci.

Ca change tout ! Un premier épinglage de ce que j'avais déjà en main m'a fait voir facilement où ça clochait et m'a permis de ne défaire que ce qui devait l'être. J'ai collé des diminutions régulières pour le haut et les emmanchures et (miracle !) je tombe juste pour les deux emmanchures.

SPA51891  SPA51892

A terme, ceci deviendra sans doute un gilet. Le fil est un peu lourd pour un pull.

Mais, en attendant, il va falloir que j'en file encore et encore. Je suis carrément à court de fil écru.

 

Posté par eibhlin à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2015

Multiples de trois, en rangs raccourcis

Constats :

  1. Mon stock de fils augmente dangereusement avec tout ce que je file, surtout que le temps consacré au filage ampute d'autant celui consacré au tricot.
  2. Si j'attends d'avoir filé assez de fil compatible pour un même ouvrage, je risque de me retrouver comme avec mon fil en chien : il y en a plein, mais rien de tout ce que je tricote avec ne me plaît vraiment.

Solution : je commence avant d'avoir assez de matière première pour aller au bout de quelque chose.

Candidates : les toisons d'Ouessant en retors navajo et tant qu'à faire tout ce qui est déjà filé, pour commencer.
A vue de nez, il me reste 3 ou 4 kg à écharpiller puis passer sur le rouet. Il y a donc largement de quoi faire un bon gros pull qui tiendra chaud.

Projet : un machin modulaire qui permettra de voir venir (sans échantillon, ni calcul préalable) et d'ajuster les pièces en cours de route.

Modèle retenu (mais, en oubliant les manches au crochet) :

Un premier essai en mousse s'est avéré particulièrement moche et rigide.
On opte donc pour du jersey.  Et on va fouiller sur youtube pour trouver une explication claire sur la méthode de masquage des décalages, connue sous le nom de "German short rows", parce que les petits dessins sur le pdf du modèle ne m'éclairent absolument pas.

Je trouve mon bonheur ici : https://www.youtube.com/watch?v=i_6Pjl20zKA

Yapluka se lancer...

Et parce que mon fil ne correspond pas à l'échantillon préconisé, je démarrre par une forme plus ou moins carrée de 18 mailles. Puisque je ne tricote pas la première maille, je monte assez de rangs pour pouvoir relever 18 mailles sur les côtés (en trichant un peu).

Patchwork Sweater, 2054 - Free Pattern | Schachenmayr.com

Ladies' ethnic-style pullover of Schachenmayr select Reflect.

http://us.schachenmayr.com

 SPA51822

A chaque changement de couleur (et de direction), je tricote deux rangs avant de commencer les rangs raccourcis. Ensuite je travaille en ajoutant tous les deux rangs des groupes de trois mailles. Si je décompose, ça nous donne : 1ere maille (pas tricotée), deux mailles endroit, on retourne. On tire un peu la première maille sans la tricoter, on passe le fil derrière la maille avant de tricoter les deux autres (à l'envers). Puis on retourne, on repart à l'endroit en ajoutant trois mailles et on recommence (on retourne, on tire un peu la première maille...).

Pour les premiers triangles, ça me donnait 18 mailles, puis je suis passée à 24, j'en suis à 33 sur le triangle tout juste terminé de la photo.

Je n'anticipe pas vraiment ce qui va venir. Dès que j'ai une largeur suffisante pour le dos (ou le devant) d'un pull pour ma pomme, j'ajuste au besoin avec de nouveaux triangles, pour arriver à la bonne forme.

Posté par eibhlin à 13:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

22 novembre 2015

Puisqu'il paraît que le froid arrive

Voici mes mains parées.

SPA51820 SPA51817

SPA51819 SPA51818

J'ai eu un peu de mal sur les derniers tours du pouce et de la main (juste parce que je voulais éviter le grafting).
Ca aurait sans doute été plus facile avec un fil du commerce, mais je suis plutôt fière d'avoir réussi, rien qu'avec du filé main, avec mes petits doigts à moi !

Posté par eibhlin à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2015

Des fois, je suis capable de faire des trucs moches

Mais j'assume (enfin, plus ou moins bien) et je me dis que c'est toujours utile de partager ses ratés (ce que bien peu de gens font sur les forums, je trouve).

L'idée, c'était un bonnet de style péruvien, en poils de chien.

Premier constat : le contact du fil est toujours très peu à mon goût, que ce soit quand on le tricote ou qu'on passe la main dessus.

Deuxième constat : j'ai la confirmation que je n'aime pas du tout cet aspect velu, mais pour compléter la panoplie, on peut imaginer un gilet sans manche avec les mêmes fils.

SPA51805

Troisième constat : en tricot double, ça fait un gros volume supplémentaire.

Conclusion : j'ai pas mal réussi la reconstitution d'un casque de soldat en tricot (si j'avais rajouté une anse rigide, ça aurait pu ressembler aussi à une casserole retournée).

SPA51809   SPA51813

C'est bien chaud, ça protège les oreilles. Avec la doublure tout acrylique, le contact n'est pas désagréable, mais ça n'est vraiment pas joli.
Avec un autre fil, j'aurais sans doute défait, mais le fil de mon Sultan-plan supporte très mal le détricotage.
Je vais donc garder ce bonnet, pour sortir les poubelles au petit matin, quand il fait froid et nuit.
Ou alors, je le donnerais, mais à condition que ça fasse plaisir et que la chose soit vraiment portée (c'est pas gagné).

Posté par eibhlin à 13:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2015

Petits moutons, petits écheveaux

Le 26 septembre dernier, nous avons poussé jusqu'au Faou, pour la foire à la biodiversité où se tenait aussi le concours annuel du mouton d'Ouessant.
J'ai eu le très grand plaisir de rencontrer Kanisha en vrai, voir ses moutons et aussi pas mal d'autres bébettes, d'Ouessant ou non.

Je n'ai aucune idée des propriétaires de la brebis ou du bélier que j'ai pris en photo. Je ne sais pas non plus s'ils ont gagné le concours.
Mais, j'aime leurs bouilles.

SPA51797 SPA51796

SPA51795 SPA51794

En attendant de pouvoir un jour en avoir dans le jardin (résolument trop étriqué pour en accueillir deux, on a mesuré une fois rentrés à la maison), cette petite visite m'a inspirée. Depuis hier, toutes les toisons qui restaient dans le garage sont lavées, après trempage/fermentation puis rinçage et j'ai repris le filage.

Trois nouveaux petits écheveaux sont partis au lavage à l'instant, histoire de compléter ma collection.

SPA51798

Posté par eibhlin à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2015

Nigelle, cardamome, curcuma et curry vert

Au bout de quelques petites heures ce week-end, j'ai filé un peu plus de la moitié de la nappe "veine d'épice" d'Ama Yaga. C'était tellement facile dans mes doigts, que ça en était presque déconcertant. Pourtant les fibres sont assez différentes, mais si la viscose noire crisse un (tout petit) peu, ça reste assez long pour que ça se fasse (presque) tout seul. Par moment, on tombe sur un petit peu de soie qu'il faut pincer à peine plus fort, mais vraiment à peine, pour éviter que ça ne parte en courant ou que ça devienne fin au point de casser. Le kibrille, il y en a juste assez, pour rendre la profondeur voulue aux autres couleurs de fibres. Plus, ça aurait fait paillettes, effet "star-je-me-la-pète-un-peu-trop". Là, c'est juste bien (enfin, moi, j'aime) !

Comme souvent quand on a des couleurs qui pètent, une fois la chose filée, j'avais peur de la "pastelisation", qui aurait tout simplement gâché et terni toute la palette.

J'ai hésité à retordre le fil sur lui-même. J'aurais pu le laisser en célibataire, mais il pleurait pour que je ne laisse pas tout seul.

Alors pour que toutes ces variantes ressortent bien comme je voulais, j'ai retordu avec un fil à coudre noir (parce qu'avec le noir, il n'y a jamais de faute de goût). Le résultat est très doux au toucher, moelleux, malgré la finesse du fil. Ca serait sacrilège d'en faire des chaussettes. Ca ne fera donc pas de chaussettes. Et on attendra la bonne idée pour en faire quelque chose de bien.

SPA51793(et en vrai, c'est plus joli que sur la photo)

Posté par eibhlin à 19:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

31 août 2015

Me suis fait plaisir...

Ama Yaga, fait des teintures toutes en poésies de couleurs. Sachant que chacune des doses qu'elles propose est unique, j'ai foncé pour deux mèches, vite fait avant que quelqu'un d'autre ne décide à se faire le même cadeau. C'était dans ma boîte aux lettres quand je suis rentrée et ça tombe bien, pile poil avec le soleil quand la journée a démarré sous la pluie et le gris.

La première viendra ajouter des reflets moirés subtils à de la fibre que j'ai déjà. Je l'aurais bien filée seule, mais je crains de ne pas en avoir assez.

SPA51789

La deuxième par contre sera forcément filée seule, quitte à être mélangée à autre chose, une fois filée.

SPA51787

Je vais laisser les idées mûrir tout doucement avant de me lancer.

 

Posté par eibhlin à 18:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2015

J'ai ramé un peu, mais j'aime beaucoup le résultat

J'ai recommencé trois fois, à chaque fois avec un modèle différent, craignant souvent que le fil ne supporte pas un énième détricotage. Certaines parties du fil sont très douces, d'autres le sont moins, mais je peux quand même le porter à même la peau.

Je n'avais que 120g (aucune idée du métrage), ce qui compliquait un peu la chose. Pour que la longueur du chèche soit suffisante, j'y ai mis quelques rangs d'Ouessant gris et de mérinos d'Arles (tout blanc), parce que bien évidemment, mes calculs à la louche se sont avérés peu fiables.

SPA51785   SPA51782

J'ai retesté la couture en grafting pour qu'on ne voie pas la jonction des deux morceaux.

SPA51781   SPA51780

Il fait beau, la journée a bien commencé. Ca valait le coup que je persévère.

Andrea, merci encore pour ce très joli cadeau !

Posté par eibhlin à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2015

D'habitude, je n'aime pas les surprises

J'ai reçu cette semaine un écheveau venu de Savoie, que je n'attendais pas. Touchée, émue, je suis. C'est la première fois qu'on m'offre un filé main aussi beau (d'allieurs, avouons-le, c'est la première fois qu'on m'offre un filé main). Séduite par les couleurs et leur agencement, les variations de torsions et d'épaisseur, je l'ai déjà mis sur mes aiguilles, pour en faire quelque chose qui, j'espère, le mettra en valeur.

SPA51775 SPA51777

Mes photos ne rendent pas justice à ce fil. Il est beau, il est doux (je suis sûre qu'il y a de la soie dedans).

Andrea, merci, merci et merci encore ! C'était une très jolie surprise.

Posté par eibhlin à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2015

Photos de groupes

On arrive à la fin de ma période faste, où je peux faire ce que je veux, à peu près comme je veux. Dès lundi, je retourne au bagne, après une permission que j'ai trouvée bien trop courte.

Je suis bien contente de ce que j'ai réussi à faire de mes fibres végétales. Ca ira moins vite désormais, mais je vais continuer sur la même lancée.

SPA51771

Et pour les fils d'Ouessant, destinés à devenir un pull, un jour, j'ai déjà ça. Autant dire que je risque pas de démarrer le pull en question de sitôt. Il n'empêche que ça me semble tout à fait jouable. Suis plutôt contente de moi.

SPA51769

Posté par eibhlin à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 août 2015

Du noir, du blanc et de la fantaisie

Le blanc, c'est du Ouessant, toujours en retors navajo. Il va m'en falloir plein si je veux en faire un pull. C'est en bonne voie, mais il y aura besoin de temps.

SPA51767

Le noir, c'est du coton, j'aurais dû acheter plus de fibres, je le trouve beau.

SPA51764

Et ce dernier truc, c'était juste pour voir si j'arriverais à faire un fil fantaisie. J'y arrive, mais autant c'était plutôt rigolo à faire (et surtout beaucoup, beaucoup plus rapide que tout ce que j'ai essayé jusqu'ici), autant je ne vais peut-être pas en faire plus. J'ai jamais su tricoter ce genre de fils.

SPA51768

 

Posté par eibhlin à 18:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 juillet 2015

Hier, j'ai fait ça !

SPA51748

Et ça me plaît bien !

Par contre, aujourd'hui, j'ai remis du coton sur ma bobine et ça le fait pas... ça zigouigouite ou ça se délite (au choix de la fibre) et je rame un peu.

Posté par eibhlin à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2015

Et de 7 !

Et une autre toison, une !

SPA51743   SPA51744

Comme la toute petite, autour du cou, c'était dense et feutré comme pas permis. Ce qui était irrécupérable est parti au rebus.

Et une deuxième dans la foulée, une !

SPA51745   SPA51747

A cette heure, j'ai donc trié mes 7 toisons pour les copines. Il ne me reste plus que les deux que je me suis gardées et celles de Pont-de-Buis (qui par contre, vont demander plus de boulot). Avec ce que j'ai en stock, j'ai largement de quoi faire jusqu'à l'année prochaine, surtout que le boulot va reprendre le dessus dans pas longtemps et me laisser moins de loisirs pour jouer.

Cette petite aventure m'a pris un peu de temps, mais je suis bien contente. J'avais envie de mieux comprendre comment c'était agencé sur la bête. C'est chose faite et je ne regrette pas une minute d'avoir proposé aux copines de trier avant de poster.

Je crois que je commence à avoir l'oeil, ce qui fait qu'en moins d'une heure je me prépare un joli paquet de fibres (quand la toison est pas trop farcie de cadavres d'insectes, de brindilles et autres trucs pas toujours identifiables). Et je différencie tout de suite la partie sud de la partie nord, les flancs et le haut des pattes.

Posté par eibhlin à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juillet 2015

Vous aimez le jaune ?

D'ailleurs, il est pas vraiment jaune, il a un côté orangé, soleil, qui a aidé à mettre de la lumière dans la maison ces derniers jours (tristes et gris comme à la Toussaint).

SPA51734   SPA51741

Unicolore, retordu à deux brins (deux bobines), ça a été musclé, mais le résultat en valait la peine. J'ai ressorti le dispositif de Dame Monique, pour le fil seul du mélange sombre et jaune. Que du coton, un coup du sombre, un coup du soleil, sans chercher à mesurer. Le dispositif de Dame Monique a été efficace, la pince de mon index et mon pouce droit a nettement moins souffert.

Je pensais que j'étais prête pour un retors andin (tu fais une pelote de fil tout seul et tu retords ensemble le fil de l'intérieur et le fil de l'extérieur de la pelote). J'étais pas prête, même si l'écheveau (petit) semble prouver le contraire. Ma pelote n'était sans doute pas assez serrée, le fil trop zigouigouité, y a eu des noeuds tout partout entre le fil du dedans et un paquet qu'est sorti avec, mais qu'aurait pas dû. Comme je sais parfois être d'une patience redoutable, j'ai détortillé ce que j'ai pu. Je n'ai pas eu trop de pertes, mais l'écheveau aurait gagné un quart de sa longueur sans cette oeuvre d'art.

SPA51739

Je m'étais dit que j'allais trier une petite toison en fin d'après-midi. C'était compter sans mon scrongneugneu de voisin qui s'est décidé à épandre pas moins de trois tonnes à lisier dans le champ d'en face. Il a fallu se calfeutrer et j'ai renoncé... 5 heures plus tard, ça sent toujours encore vraiment très très fort. Le pire, c'est que je le soupçonne de vouloir remettre ça demain (puisqu'il fera beau) et qu'il n'a pas sali toute la surface de son champ.

 

Posté par eibhlin à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 juillet 2015

Je file, je trie, je sèche

 Premier essai de couleurs avec ma ramie, mon lin et mon coton :

SPA51719   SPA51723

J'ai comme un doute sur le rendu en tricot. Enfin, comme je suis dans une crise modulaire, cet écheveau servira, même s'il me reste à trouver comment et dans quoi. En attendant, j'ai remis du jaune sur la bobine avec l'idée de faire un retors en jaune aussi. Je sens que je suis repartie sur un nouveau projet qui va prendre très très loooooooongtemps.

C'est vraiment particulier à filer le coton, c'est court, tout doux et ça glisse beaucoup. La difficulté, c'est de trouver la bonne torsion : pédaler tout doucement, mais bouger les doigts assez vite.

Pour varier les plaisirs, tout en continuant à occuper mes doigts, j'ai commencé une première moufle :

SPA51733

J'hésite encore à faire des doigts et un couvercle, ça risque de rendre la chose un peu moins jolie (bien que plus pratique).

Si ça intéresse quelqu'un, le modèle est ici : http://www.ravelry.com/patterns/library/hansa-mittens et tout ce que fait Tuulia est toujours très bien expliqué et facile à suivre (sauf peut-être pour une vraie débutante qui n'aurait jamais utilisé un modèle en anglais).

Et puis, puisque le soleil est revenu aujourd'hui, j'ai trié une nouvelle toison (plus que deux à trier pour les copines) :

SPA51728   SPA51730

Elle est belle celle-ci, même si elle a demandé un peu de travail (beaucoup de recoupes et des trucs végétaux qui piquent).

Et pendant ce temps-là, une autre toison sèche dans mon "ustensile permettant un rinçage par la pluie/séchoir" ad hoc :

SPA51727

Les pierres sur le dessus évitent que tout s'envole.

Parce qu'ici, du vent, il y en a, tout le temps et pas qu'un peu. Quand il pleut, ça aide à rincer, quand il fait beau, ça aide à sécher. Quand il fait froid, ça donne l'impression qu'il fait encore plus froid, mais quand il fait chaud, ça permet de respirer.

SPA51726

Et vive les champignons !

 

Posté par eibhlin à 13:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juillet 2015

Envie de couleurs et de fibres végétales

La bête, c'est bien, c'est beau, même si ça poque un peu. Mais, pour me changer de ces couleurs naturelles, toutes belles soient-elles, j'avais comme une envie de couleurs qui pètent, associée à l'envie de filer du végétal.

J'ai donc acheté :

- Du coton :

SPA51708   SPA51702

- Du lin :

SPA51707   SPA51703

- De la ramie :

SPA51705

C'est arrivé ce matin et j'ai bondi sur la cardeuse pour tâcher de faire un mélange de tueuse, équipée de "diz" (une rondelle de boulon et le caoutchouc de la fermeture d'une bouteille de bière locale (format grande fille)).

L'exercice n'est pas facile, en tout cas pour moi, surtout que ces fibres sont différentes au toucher et au comportement. J'ai mélangé quand même et mis sur le rouet pour faire un petit essai. C'était tellement retordu que j'ai dû passer la bobine dans l'autre sens. Enfin, je suis contente : c'est pas moche. J'ai fait un tout petit écheveau de rien du tout, à peine de quoi faire une petite bordure sur je ne sais pas quoi encore.

SPA51701Je m'arrête là pour le mélange (enfin pour le moment) et je m'en vais mettre du coton sur la bobine.

 

Posté par eibhlin à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juillet 2015

Lentement, mais sûrement

Une nouvelle toison triée parmi celles qui s'en vont (ça fait qu'il ne m'en reste plus que trois). Je m'améliore, il me faut désormais un peu moins d'une heure et demie.

SPA51699    SPA51698

Jusqu'ici, c'est la plus "variée" dans mes tris. Il y a des fibres très longues, parfaitement filables (ce qu'on voit en beaucoup plus clair sur les photos), avec en plus sombre, une fibre très moelleuse, tout à fait filable aussi.  Pas mal de recoupes à élminer mais assez peu de brindilles. Je pense en avoir supprimé l'essentiel, même si je suis sûre qu'il en reste.

Je n'ai aucune idée de comment ces différences peuvent se comporter au filage, du coup, je n'ai pas été trop sélective, j'ai gardé tout ce qui à mon avis serait utile d'une manière ou d'une autre. Je me demande aussi s'il ne faudrait pas en garder de côté pour du feutre (mais je n'y connais rien en feutre).

Il faudra que je demande ce qu'elles en pensent et qu'est-ce qu'elles vont en faire, à toutes celles à qui je poste des toisons.

 

Posté par eibhlin à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juillet 2015

Expériences sur mérinos d'Arles

Pendant les trois derniers jours, il a plu. Pendant trois jours, j'ai filé, en n'oubliant pas une petite partie de ce que Loulotte m'avait fait parvenir l'année dernière.

Avec ce mérinos, j'ai commencé par faire de petites nappes à la cardeuse à partir des mèches que j'avais entassées dans un sac en papier.

SPA51688   SPA51689

Dingue, la quantité de tout petits débris végétaux. Même avant de mettre dans la machine, j'ai écharpillé aux doigts pendant longtemps, mais il en est resté et à vue de nez, il en restera toujours. Dingue aussi, le côté élastique de cette fibre : ça retient mieux les débris. J'ai trouvé ça beaucoup plus difficile et beaucoup plus "musclé" à filer que l'Ouessant. La cardeuse a généré des bouboules, pas toujours étirables au filage.

Malgré tout, ce petit écheveau à une jolie couleur (les débris lui donnent un côté presque chiné). Avec ce qui reste, je vais tester le filage "dans le nuage" : on écharpille à fond, rien qu'avec les doigts et on attaque.

SPA51696   SPA51697

Et avec le soleil qui est revenu, j'ai trié ma troisième toison qui partira par la poste (il ne m'en reste donc plus que 4 à préparer).

Même si je ne profiterais pas de cette laine, et que c'est parfois un peu long, c'est rigolo à trier et ça me fait profiter du soleil.

Et je me rends compte, en vrai au toucher, que l'aspect et le moelleux de la laine varient du tout au tout selon les individus.

SPA51694   SPA51695

 

Posté par eibhlin à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2015

Premiers tris sur Ouessant de Lampaul

Pour me simplifier les choses, je vais les traiter par ordre d'inscription sur le forum.

Voici donc la première des 7 toisons qui partira par la poste. J'ai profité du soleil hier après-midi pour m'y mettre.

SPA51676  SPA51673

Très peu de débris végétaux, mais beaucoup de recoupes.

SPA51680 SPA51681 

 

Et puisque le temps est revenu au beau, j'ai attaqué la deuxième, nettement plus petite avec une fibre un peu différente, comme plus dense et malheureusement des parties irrémédiablement feutrées (même en tirant dessus comme une bête avec mes petits bras musclés, rien n'est venu, c'était désespérement compact). Donc forcément, ce qui est raide et feutré, ça part au rebut, même pour une têtue comme moi.

Les couleurs sont intéressantes sur cette petite toison. J'espère que Vessy saura en faire quelque chose !

SPA51693

 

Posté par eibhlin à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2015

Faire et défaire : c'est pas toujours productif

j'ai beau être têtue, parfois, je finis par me rendre à l'évidence. Quand ça le fait pas, ça le fait pas !

SPA51669

Toute fière que j'étais d'avoir produit une quantité invraisemblable de fil de chien, je m'étais mis en tête de faire un joli petit gilet (tant qu'à faire, zippé et avec une capuche). Au bout du compte, il m'a fallu moults essais de points et de taille d'aiguilles, pour trouver un rendu qui donnait de la tenue, sans être rigide.

Oui mais voilà, je me rends compte que je n'avais même pas vu qu'il y a des différences de "bains" sur les pelotes. Tout le poil n'a pas été récolté au même moment et j'ai filé sac par sac, sans me préoccuper d'éventuelles variations de nuance. En plus de ça, le fil pique un peu, tout en étant désagréablement mousseux. Je n'aime pas vraiment les fils vaporeux.

Et, il faut le dire, c'est pas du tout agréable à tricoter. C'est même la première fois, je crois, que je trouve mes aiguilles métalliques trop glissantes.

Si on ajoute à tout ça un côté affectif (auquel je ne m'attendais pas), ce projet va finir par devenir déprimant. Le chien se fait vieux, très vieux, montre des signes de fatigue (attendus, peut-être, mais pas faciles à accepter pour autant) et se rapproche de plus en plus sûrement de la fin de sa vie.

Un gilet avec ses poils, on ne le mettra pas, on ne le donnera pas non plus. De toute manière, il ne serait pas vraiment beau, ni vraiment confortable. Je m'en vais donc tout défaire (au moins jusqu'aux diiminutions de cintrage à la taille).

En tapis, ça rendra bien, surtout avec ce point-là. Je me dis qu'éviter de me casser la tête avec un patron, des mesures et éventuelles adaptations, ça me permettra d'avoir un ouvrage facile, ne demandant aucune réflexion, ni attention à certains endroits. De quoi s'occuper les doigts pour de longs trajets en train ou en voiture.

C'est sûr, ça ne sera pas plus agréable à tricoter qu'en gilet.

Je persiste à croire que c'est importable sur soi, mais sous des pieds nus, ça devrait être bien.

SPA51670

Posté par eibhlin à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2015

Dans les toisons, jusqu'au cou

Je m'en vais tout à l'heure récupérer des toisons (toutes noires) de moutons d'Ouessant, broutant en temps habituel entre Lampaul Plouarzel et Ploumoguer.

Comme j'ai décidé que je travaillerai celles de Pont-de-Buis de cette année (malgré le boulot), pour éviter la noyade, j'ai proposé un trafic à d'autres fileuses et au moins 7 des toisons de tout à l'heure (si leur état le permet) iront vers Chambéry, la Normandie, la région parisienne, le Cher (et j'en oublie).

Histoire d'y voir clair dans toute cette laine, je viens de me décider à faire un "pré-tri" des toisons de Pont-de-Buis.

On pose le sac dans l'herbe, on l'ouvre juste pour y jeter un oeil, on a déjà un peu peur.

Mais, courage ! C'est comme pour les sparadraps, ça fait moins mal quand on arrache d'un coup sec. Alors on respire et fait tout sortir du sac en une fois.

SPA51655

SPA51654

SPA51656

Puis on met les mains dedans, juste pour séparer vite fait les différentes couleurs et mettre les morceaux collés par la crotte dans un truc à part, qui ira enrichir mon compost.

Pour ôter la paille et les recoupes, ce sera pour plus tard et pas plus de trois cagettes à la fois (sinon, c'est sûr, je pleure et j'arrête de jouer avec des toisons brutes).

SPA51657 SPA51658

 C'est toujours doux (normal, c'est les mêmes moutons que la dernière fois). A ce jour j'ai déjà deux toisons propres, plus un bon morceau de la première, à carder. Et j'ai aussi trois petites pelotes déjà filées, en retors navajo. Trois pelotes : trois épaisseurs de fil.

SPA51661

Paradoxalement, c'est le plus fin que je trouve le plus facile et le plus agréable à filer, même si c'est beaucoup plus long. Une nouvelle pelote est en préparation sur le rouet. Bien évidemment, pour le moment, je n'ai absolument aucune idée de ce que je vais pouvoir en faire. J'imagine que quand j'en aurai plus, je saurai.

Plus tard dans la journée...

Et me voici avec 9 nouvelles toisons (j'en attendais 12, mais une des familles n'avait pas été prévenue à temps et trois toisons sont parties soit à la décheterie soit dans un compost - un gros alors). Je m'en suis mise deux de côté et voici les 7 autres en photo, pour que les copines, qui souhaitent que je leur en envoie une, voient à quoi elles ressemblent.

Elles sont relativement douces, mais sans trop de paille et de débris (rien à voir avec mon sac de Pont-de-Buis). Par contre, j'ai l'impression qu'il y a pas mal de recoupes et (mais, ça c'est un peu normal) elles sont très odorantes. En rentrant à la maison, malgré les sacs poubelle fermés, j'étais bien contente de pouvoir conduire la fenêtre ouverte. J'ai même hésité à allumer une cigarette, des fois que ça serait plus inflammable que prévu.

SPA51668 SPA51667

SPA51666 SPA51665

SPA51664 SPA51663

SPA51662

Posté par eibhlin à 15:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2015

Mon nouveau jouet (que je ne maîtrise absolument pas)

Comme si j'avais du temps à ne plus savoir qu'en faire (hein, franchement !), j'ai décidé de me mettre au tissage.

J'ai commencé par le petit carré à pointes, dit "zoom loom". Ca marche bien, même si c'est un peu long. Ca m'a obligé à me mettre à la couture (pourtant, s'il y a quelque chose en quoi je ne me trouve pas douée et que jusqu'ici, je faisais tout pour éviter, c'est ça !).

Avec un peu d'imagination, on doit pouvoir faire de vrais vêtements de ces petits carrés, au-delà de la bête (mais classieuse) écharpe en damiers que j'ai déjà assemblée. Au pire, ça fait des dessous de verre, des sets de table ou des pochettes diverses et variées.

Source: Externe Source: Externe SPA51651

Puis, j'ai sauté il y a à peine une semaine, sur une occasion qui ne se présente pas trop souvent : un petit métier de table en bois, pas vraiment récent, puisque, si j'ai bien suivi, la production a commencé dans les années 40 pour finir vers 70 ou 80. C'est un tissanova A. Il est à la fois très simple et très ingénieux.

J'ai trouvé une notice de montage ici : http://www.filage-demonstration.com/docs/notice_tissanova_tous.pdf et, pour plus tard, un guide qui permet de faire des armures différentes d'une simple toile, ici : http://forum.tricofolk.info/forum/viewtopic.php?id=5721.

Sur la première photo, on voit le "régulateur" (partie qui sert à monter le fil de chaîne), sur la deuxième, on voit à quel point j'ai gazé (j'aime les euphémismes).

SPA51650 SPA51649

Je crois bien que toutes les erreurs de débutante y sont, mais je ne m'affole pas, je continue à jouer pour le moment.

Je regrette quand même que l'espèce de triangle pas net (que je suis en train de produire) risque de n'avoir aucune utilité, une fois que je l'aurais retiré du métier.

Posté par eibhlin à 15:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2015

A Pont-de-Buis, suis retournée

Cette fois-ci pour récupérer non pas 4 (comme l'année dernière), mais 6 toisons de moutons d'Ouessant, fraîchement tondus du début de semaine.

Comme il pleuvait nettement moins que la dernière fois que j'y suis allée, j'ai pu regarder les bestioles de plus près. On a été accueilli dans le parc par une brebis plutôt causante. Elle fait office de chien d'alerte, me dit-on et prévient quand il y a quelque chose d'inhabituel.

SPA51629 SPA51630

Sur la photo de gauche, une agnelle d'à peine 15 jours : un petit bout curieux, qui se souvient brusquement qu'il faut qu'elle aille têter et met des coups de tête un peu forts dans l'abdomen de sa môman.  Ces moutons sont heureux, ça se voit. Ils ont pour aire de jeux une montée herbeuse et un petit bois, qui explique très certainement ma galère pour sortir le maximum de débris végétaux de leurs toisons de l'année dernière. Mais, toutes ces bébettes font plaisir à voir. J'en voudrais des comme ça chez moi. Sauf que je ne suis pas sûre d'avoir assez de terrain, qu'il faudrait éduquer le chien, qui tout vieux qu'il devient, pourrait bien avoir envie de courser, voire de croquer dans une petite bête de ce genre. Si on y ajoute des incertitudes (d'ordre professionnel) qui pourraient faire qu'on ait besoin de bouger dans les mois qui viennent, ça fait un peu trop. Pour le moment, il faudra que je me contente du poil de ces bêtes-là.

Une fois rentrée à la maison, dès que j'ai pu trouver le temps de tondre ce que j'appelle pompeusement ma pelouse, je me suis décidée à trier la toison blanche qui me restait de l'année dernière (si je ne me trompe pas, c'est celle de la mère de la si jolie agnelle).

J'ai sorti la toison du sac. Belle, entière ! Ce qui facilite grandement le tri.

SPA51633

En à peine deux heures, j'ai gardé tout ce qui me semblait filable (on va dire que je suis en progrès par rapport à mon dernier tri). Mais, il reste foule de débris végétaux, dont des petits trucs noir qui ressemblent à de mini clous de girofle et d'autres graines en goutte prolongées par une petite queue.

J'ai conservé certaines parties, mais j'ai viré sans pitié "le nid" qu'on retrouve au cou et qui reste impossible à trier, en plus, ça va de soi, des parties trop crottées.

SPA51637 SPA51638

A la fin du tri, mes mains étaient douces, mais maculées de brun et pas mal grasses.

J'ai préparé un bidon, y ai mis de l'eau, aussi chaude qu'elle sortait de mon robinet, mélangé un peu de percarbonate de soude à cette eau, avant d'y plonger les morceaux de toison triés.

SPA51639 

SPA51645 SPA51646

On voit, en regardant de près, que j'ai laissé plus de débris végétaux que la dernière fois. Il est possible que ça génère plus de travail à l'écharpillage et au cardage. On verra bien...

Le bidon est fermé, je vais le laisser prendre le soleil contre le mur de la maison pendant au moins une semaine. Ensuite, je laverai, rincerai et sècherai tout ça.

Toute contente de moi, malgré le coup de soleil qui guettait, j'ai vidé le sac des toisons de cette année sur la biodiversité qui me sert de pelouse, en me disant que j'allais continuer sur ma lancée et trier une nouvelle toison.

J'ai renoncé. Les gentils propriétaires des moutons m'avaient prévenue que tout avait d'abord été mis en tas, mais quand même... Le tondeur ne se doutait pas que ça allait être récupéré ? Les toisons sont en morceaux, toutes mélangées et on dirait que certaines parties ont été roulées dans la paille.

Mais, la laine semble plutôt douce et maintenant que j'ai vu une nouvelle fois les bestioles, je ne vais pas renoncer. D'autant plus que c'est vraiment gentil de me laisser toute cette laine pour rien. Ceci dit, la prochaine opération de tri, s'annonce longue et laborieuse.

J'ai tout remis dans le sac qui contenait le tout et je suis rentrée pour soigner mon coup de soleil.

A chaque jour suffit sa peine !

Posté par eibhlin à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 mai 2015

Je crois que j'ai trouvé avec quoi je vais faire mes gants

Fibre teinte, soie mérinos de chez DHG, avec en complément le corriedale bleu, presque noir, filé au fuseau (que j'ai fait voir dans un message précédent).

SPA51624

SPA51641

SPA51640

 

Reste à choisir le modèle.

Je pense que je ferai des gants avec des doigts, mais avec "couvercle" façon mitaines.

J'ai cherché, j'ai trouvé de très jolies choses et pour le moment, j'hésite entre :

2113350440_e5df3b97d5_n et 5268819420_1792137dab_n

De toute manière, ça ne va pas être pour tout de suite, faut d'abord que j'avance les choses que j'ai déjà sur mes aiguilles.

J'ai le temps de me décider, voire de trouver une autre idée.

Posté par eibhlin à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mai 2015

Un jour, une machine à tricoter se remettra en marche

Quelqu'une que je connais bien, que j'aime beaucoup, a chez elle une machine à tricoter qui dort paisiblement dans sa boîte depuis des lustres.

Plutôt que de l'embarquer, parce que cette quelqu'une, j'en suis sûre, peut y prendre goût (et que je me vois mal rajouter encore un truc à tout ce que j'ai dans mes cartons et qui n'avance pas) j'ai démarré une petite enquête à partir de quelques photos de la bête.

SPA51554 SPA51553 SPA51552

SPA51551 SPA51550

En fouillant par-ci, par-là, j'en ai déduit qu'il s'agit d'une Brother KH 552, pour laquelle j'ai réussi à récupérer un mode d'emploi en anglais. C'était d'autant plus plausible que la notice fait la pub d'un livre de points pour la machine (également en anglais), sagement rangé dans la même pièce que la machine.

Les expertes de chez tricotin m'expliquent qu'elle n'est pas toute jeune et qu'il peut être difficile de trouver des pièces.

Quoiqu'il en soit, à vue de nez, il va falloir nettoyer délicatement la mécanique et refaire la "barre mousse".

Didi38 explique comment faire les premières vérifications de la machine ici :

Occasion: tests

° pas de points de rouille ni sous les chariots ni sur les fontures ni sur les aiguilles. (quelques rares points sur les aiguilles pourront se nettoyer) ° si des pièces sont cassées ou cabossées, méfiance.

http://passiontricot.logipatch.com

Nouky ajoute qu'avant tout essai de la machine, il faut impérativement refaire la barre mousse, sinon gros risque de casse car les aiguilles se baladent et peuvent s'accrocher dans le chariot. Pour le nettoyage de tout ce qui est métallique sur la machine, surtout pas d'alcool, ni ménager ni à brûler (me dit-elle) pas d'essence non plus, pas de nettoyant à vitre, etc... uniquement du Kerdane (pétrole sans odeur), ça nettoie très bien en laissant une très fine pellicule de gras qui protège de la rouille.

Si les mécanismes du chariot semblent très durs, voire bloqués, un passage au sèche cheveux (chaleur moyenne mais très longtemps) peut faire des miracles. Si ça ne suffit pas, elle utilise une huile dégrippante (Degrip-Oil ou autre marque) en lui laissant le temps d'agir.

Elle termine en disant que quand tout sera bien propre, quelques gouttes d'huile de vaseline dans les rails suffiront pour que ça glisse bien, sans oublier les talons d'aiguilles graissés à l'aide d'un chiffon avec la même huile (c'est celle des machines à coudre).

Elle propose aussi un tuto en images pour le changement d'une barre mousse sur une autre machine :

PASSION : TRICOT MACHINE : Rnovation des barres mousse

Suite aux discussions sur les forums de Tricot-Machine concernant la rfection des barres mousse sur de nombreuses machines tricoter (fabrication asiatique) un peu ges, cette page rassemble les diffrentes contributions et photos sur ce sujet. Merci toutes celles et tous ceux qui ont permis la ralisation de cette page.

http://claudie44.free.fr

et en vidéo (par 4ine) :

Juste avec mes petites questions de novice, j'ai eu des pistes précieuses. Le monde des tricoteuses (avec ou sans machine) est décidément très sympathique et ne nous laissera pas galérer sans espoir de réussite. Un énorme merci à Nouky, à Didi38, à 4ine et à toutes les autres.


De ce pas, je m'en vais dire à ma quelqu'une que j'ai posté ce message. Ca la motivera peut-être, ou alors ça inspirera le quelqu'un (que j'aime bien aussi) qui vit avec ma quelqu'une.
 

Posté par eibhlin à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 avril 2015

Et quand on n'est pas vraiment pressé

On joue tout doucement avec son fuseau turc. Bon finalement, la pelote qu'on peut retirer toute faite, je la refais quand même (histoire de prendre le temps de maltraiter le fil suffisamment pour qu'il ne me fasse pas de mauvaise surprise une fois tricoté ou crocheté).

Je ne peux pas jouer trop longtemps, ça me fait des crampes, mais un petit peu de temps en temps, ça le fait.

SPA51620Si je trouve un fil contrasté qui va bien avec cette couleur, j'en ferais des gants.

Posté par eibhlin à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2015

Le dispositif de Dame Monique

Mon rouet est un Kiwi (de chez Ashford) première génération. Je l'ai acheté en janvier 2007, sur un site d'enchères en ligne, auprès d'une adorable personne qui me proposait même un coup de main pour mes débuts. Sauf que... pendant des années, ce joli rouet est resté léthargique, inerte. Plus ça allait, plus il m'impressionnait et j'osais à peine le toucher, perplexe devant comment j'allais le faire marcher (malgré les multiples vidéos et cours en images que j'avais été voir). J'avais pour commencer mes expériences une toison de bélier d'Ouessant, bien sale et très odorante, récupérée dans une ferme pédagogique et un fuseau rustique, acquis au musée de vieux métiers vivants d'Argol.

Source: Externe Source: Externe

C'était long, un peu fastidieux et au rythme où j'allais, le reste de ma vie (ajoutée à celle des trois générations suivantes) n'aurait pas suffi à faire de quoi tricoter un tout petit pull de rien du tout.

Et puis en juillet 2014, j'ai trouvé que c'en était assez : ce rouet prenait trop la poussière et risquait de finir par m'encombrer. De deux choses l'une, soit je m'y mettais vraiment, soit je collais la chose sur le bon coin ou ailleurs, pour qu'il disparaisse de ma vie.

J'ai lancé un appel au secours sur un forum et Claire des Bruyères m'a répondu. J'ai passé une petite après-midi chez elle pour qu'elle me montre les bases, je suis repartie avec ma pelote du commerce (tout acrylique, pas chère, pas très belle) flinguée par mon pédalage (mais ça c'était prévu).

J'avais acheté de la fibre en ruban (corriedale, parce que le prix était abordable et que ça a la réputation d'être facile à filer), mais ma véritable ambition, c'était de filer ça :

Source: Externe

Ce gros machin vieillissant m'a accepté dans sa vie il y a quelques années. Dès que je l'ai brossé, j'ai su que je voulais faire quelque chose de ce qui normalement serait lâché dans la nature, pour que les oiseaux agrémentent leurs nids.

Source: Externe Source: Externe

Les premiers résultats n'ont été que très peu convaincants (j'en parle ici).

Avec les conseils éclairés de plusieurs, dont Kty qui fait des choses plus que magnifique avec du poil improbable de chiens et de chats, j'ai commencé à comprendre un peu mieux comment procéder. Le chien, c'est pas le plus facile à filer et le poil du mien n'est pas vraiment idéal pour débuter. Mais j'ai persévéré... essayé au fuseau d'abord... ça commençait à venir, mais ça risquait d'être long cette affaire...

Source: Externe Source: Externe

Et brusquement, j'ai tilté. Dame Monique qui m'a vendu le rouet (et que je n'ai jamais remerciée, faute de pouvoir la retrouver des années plus tard) avait inclus dans le colis une petite roue de contreplaqué bricolée.

Mon Kiwi, utilisé normalement, ressemble à ceci (à gauche) et sur la photo (à droite) que Dame Monique avait mis dans son annonce, on voit qu'il y a un petit truc en plus.

SPA51595 kiwi

Cette petite roue supplémentaire, parfaitement adaptée (où Dame Monique avait inscrit comment la placer) m'a enfin permis de faire un fil utilisable.

SPA51596


(j'ai graissé le rouet depuis, il ne couine plus)

Maintenant que la technique est un peu plus au point, je suis confiante et j'ai des ambitions folles pour filer les toisons d'Ouessant qu'il me reste à laver/carder/filer.

 

Aujourd'hui, j'en ai largement assez pour faire un vrai bon gros pull pour adulte. Sauf qu'il serait mousseux et probablement pas vraiment beau, ni doux au toucher. Ca n'est pas bien grave, je pourrai en faire un gilet sans manche (pour sortir les poubelles ou passer la tondeuse dans le jardin quand le vent pique un peu trop). Et finalement, je suis bien contente d'avoir réussi à relever ce défi impossible.

SPA51565

Posté par eibhlin à 19:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 avril 2015

Enfin, il faut filer

Tant qu'à faire, j'ai essayé au rouet. Après pas mal de temps à m'escrimer sur du poil de chien pour finalement aboutir à un résultat que je trouve finalement acceptable (faudra que je raconte la chose), j'ai tenté le filage d'un petit morceau de la toison crème (ou noisette, je ne suis pas sûre de l'appellation adéquate).

Sans doute à cause de ma petite expérience en chien, j'en ai fait un fil tout fin.

J'avais l'intention de remplir ma bobine avant de retordre de manière classique, mais non... Je suis tombée sur le thème du mois d'avril sur tricotin et je n'ai pas pu résister. Voici donc mon tout premier retors navajo, à peine sec, "choc thermiqué", frappé violemmment sur une surface dure avant séchage à l'air, sur un fil, avec un bon gros poids pour que le fil ressemble à un vrai fil.

SPA51585 SPA51591

Je ne suis pas sûre que ça soit très joli. Sans doute en partie à cause de la couleur, on dirait un peu de la corde (enfin de la ficelle). Mais je suis très contente de moi.

 

Histoire de savoir si ce fil était facile à travailler, j'ai fait un carré au crochet (à intégrer dans un projet prévu sur un très loooooong terme).

Le carré central est fait à partir d'un filage d'un mélange soie mérinos déjà teint, présenté en ruban. La fibre est belle, mais le fil n'a pas beaucoup de tenue.

Surprise : c'est très agréable à travailler (beaucoup plus que certains fils que j'ai filé à partir de rubans traités). Je trouve que ça rend vraiment bien. Le retors navajo y est peut-être pour quelque chose. Et cette couleur rendrait magnifiquement sur un pull Aran. Il va me falloir du temps. Mais l'envie de continuer est bien là.

SPA51593

Posté par eibhlin à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 mars 2015

Ensuite, faut carder...

Je ferai peut-être des photos du cardage de ces mêmes toisons, quand le temps s'y prêtera mieux, mais histoire de montrer comment ça se passe, début septembre, pour Loulotte, j'ai fait un essai de cardage sur ma "Petite" (Strauch), parce que oui, j'ai investi. Les brosses à chien pour carder, ça va 5 minutes, mais si on a beaucoup à faire, ça devient vraiment trop long.

En septembre 2014, Loulotte m'avait donc envoyé quelques mèches de mérinos d'Arles, pour que je lui fasse un essai.

Donc, je reçois ceci :

SPA51294 

je prépare le matos

SPA51291 

 

je commence à alimenter la bête :

SPA51292 

au passage, je me rends compte que je n'avais nettoyé ma cardeuse que succinctement (j'ai une autre toison bien plus sombre que j'avais commencé à carder et pas fini), mais c'est un peu trop tard pour rectifier le tir. :

SPA51293

 

 

De l'autre côté de la bête, je récupère la nappe :

SPA51296
 

Deuxième passage dans la cardeuse :

SPA51297

 

Gros plan après le 2e passage

SPA51300

Le propos de Loulotte en m'envoyant ces fibres était de savoir si après passage sur une cardeuse à rouleaux (qu'elle n'avait pas à disposition), il resterait des "bouboules" dans la nappe.

La réponse est oui. On en a causé sur le forum du filage.

La toison de mouton d'Ouessant que j'ai commencée à carder montre aussi le même genre de  "bouboules" après cardage.

Sachant que mon ambition est juste d'en faire quelque chose de joli (probablement tricoté), mon peu d'expérience en filage fait que je m'en accomoderai probablement.

Et Loulotte m'a fait parvenir 100g de mérinos d'Arles, juste pour que je puisse jouer avec. Ca sera pour plus tard.

Posté par eibhlin à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2014

Et quand elle est triée, il faut la laver

Au bout d'une semaine dans le bidon, je mets des gants, j'ouvre le couvercle, je retiens un peu ma respiration (ça ne sent pas exactement la rose), puis je sors tout ce qui n'est pas liquide. L'eau de trempage est bien crade.

SPA51338 SPA51336

Puis avec deux bassines remplies d'eau très chaude, je rince avec au moins trois bains pour chaque partie, j'essore un peu entre mes mains et je mets à sécher, toujours dehors.

SPA51341 SPA51342 SPA51340 SPA51343

Ma fenêtre météo était un peu courte (c'est quand même beaucoup mieux de faire ça en été, plutôt que fin octobre).

Au toucher, ce qui a commencé à sécher colle un peu. On dirait que je n'ai pas suffisamment rincé.

J'ai rentré tout ça dans le garage pour que ça continue doucement à sécher, mais dès que j'ai une nouvelle fenêtre météo, je rince à nouveau, en théorie toujours à l'eau très chaude, mais en évitant les chocs thermiques.

 

Posté par eibhlin à 19:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 octobre 2014

Une toison, il faut la trier avant de la nettoyer

J'imagine que c'est un peu comme quand on veut peindre un mur. Quand on prépare bien son support, ça devient beaucoup plus facile et ça ne peut être que joli. Les toisons que j'ai lavées avant celles-ci sont un peu difficile à traiter et il reste beaucoup trop de petits morceaux de végétaux qu'il faut de toute façon enlever avant de carder. Il y a aussi des parties presque feutrées, sans doute parce que les morceaux lavés étaient un peu trop grand.

J'ai attendu la fenêtre météo et j'ai commencé dehors, sur l'herbe, une après-midi.

SPA51302 SPA51303

Presque mèche à mèche, j'ai séparé des petits morceaux que j'ai mis de côté. Toute la paille, les brindilles, les recoupes et les morceaux vraiment trop crottés sont partis dans la cagette de gauche (ils finiront dans le compost).

C'est une toison de mouton d'ouessant, donc pas bien grande, mais il m'aura fallu pas loin de 7 heures pour trier juste cette toison. C'est sûr, je manque de pratique, mais j'ai quand même dans l'idée que ça ne peut pas être un processus rapide.

La couleur avec ses variations de gris et de beige est superbe et la fibre me semble bien prometteuse.

SPA51314 SPA51315

SPA51316 SPA51317

J'ai pris un bidon de plastique, j'y ai mis de l'eau très chaude, un peu de percarbonate de soude, j'ai touillé, puis j'ai ajouté le contenu de mes trois cagettes avant de remettre le couvercle sur le bidon. Je vais laisser fermenter quelques jours avant de commencer à laver.

 

 

Posté par eibhlin à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2014

A Pont de Buis, cet été, des toisons suis allée chercher

La noire, chez Loulotte s'en est allée, après un périple qui l'a emmenée d'abord amenée en région parisienne avant de partir vers le Sud, là-bas, où elle est arrivée à bon port (après lavage et cardage d'à peu près la moitié du tout) courant septembre 2014. 

IMAG0813 28aout2014_trempage1 SPA51287

Loulotte a déjà pu faire un vrai beau fil d'une partie du tout (voir ici : http://forum.tricofolk.info/forum/viewtopic.php?pid=4834795#p4834795)

Source: Externe

Les 3 autres toisons sont "en cours de traitement"...

IMAG0812  IMAG0809  IMAG0810

Posté par eibhlin à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,